MAROC
21/09/2018 12h:01 CET

Burn-out pré-sélectionné pour représenter le Maroc aux Oscars 2019

Le film devra faire face à des poids lourds du cinéma mondial.

Burn out

CINEMA - Après “Razzia” l’an dernier, c’est au tour de “Burn-Out” de représenter cette année le Maroc à la pré-sélection de la compétition des Oscars.

Malgré un accueil mitigé, le dernier opus de Nour-Eddine Lakhmari, a été choisi par une commission de sélection, présidée par la productrice Souad Lamriki, pour peut-être représenter le royaume dans la tant convoitée catégorie du meilleur film étranger. “Burn-Out” est un film choral, sortie en salles en octobre 2017, qui suit plusieurs personnages qui se croisent dans les rues et, surtout, boulevards de Casablanca.

Il y a d’abord Ayoub, petit cireur de chaussures qui rêvasse tous les soirs devant une pharmacie vendant des prothèses pour les jambes. Le garçon vit avec sa mère handicapée, qui désespère de trouver un emploi et de quitter leur quartier. Ayoub croise le chemin de Jad, golden boy en pleine crise existentielle qui, après avoir vendu la société de son père, souhaite divorcer de son épouse, Ghita, galeriste obsédée par l’idée d’emprunter un tableau d’Abbès Saladi à un excentrique collectionneur.

Autre personnage qui canalise cette fois la grande majorité des thèmes sociaux du film, Aïda, jeune interne en médecine qui se lance dans la prostitution de luxe avec comme premier client un politicien anti-avortement, en plein déni face à ses propres contradictions.

Comme le rappelle le Hollywood Reporter, c’est la 14e fois que le royaume pose sa candidature pour figurer dans la fameuse liste des pays nommés aux Oscars. Pour l’instant, le royaume n’a toujours pas fait partie de la liste finale.

Compétition redoutable

La compétition sera redoutable pour le film qui fait face notamment à “Yomeddine”, film choisi par l’Egypte, le Liban et son “Capharnaüm”, le Japon avec “Une affaire de famille” ou encore la Corée du Sud et son “Burning”, tous présentés au Festival de Cannes 2018. “Capharnaüm” est d’ailleurs reparti avec le Grand Prix du festival tandis qu’“Une affaire de famille” a remporté pour sa part la tant convoitée Palme d’Or.

Autre film qui fait figure de favori, “Roma” du déjà plusieurs fois oscarisé Alfonso Cuaron, qui représente son Mexique natal.

Une pré-sélection qui peut se transformer en débat national, comme en Iran où le film sélectionné pour représenter la république islamique “Cas de Conscience” de Jalil Jalilvand, crée la polémique. En effet, comme le rapporte l’AFP, la presse ultra-conservatrice a critiqué le fait que le film ne donnait pas une image positive du pays, soulignant que le long-métrage le “plus amer et le plus noir [possible] a été choisi pour les Oscars”.

“L’art, ce n’est pas faire de la retape pour son pays,  a de son côté répondu le critique de cinéma Houshang Golmakani, à l’AFP.