MAROC
03/02/2019 11h:22 CET | Actualisé 03/02/2019 11h:27 CET

Brigitte Macron répond aux gilets jaunes sur ses baskets Louis Vuitton

La première dame française s'est affichée avec une paire de Louis Vuitton pendant un voyage en Égypte, des gilets jaunes ont vu rouge.

LUDOVIC MARIN VIA GETTY IMAGES
Brigitte et Emmanuel Macron ont notamment visité le temple d'Abou Simbel lors du voyage présidentiel en Égypte.

FRANCE - Tout est parti d’un article britannique. Le 27 janvier dernier, Emmanuel et Brigitte Macron se trouvaient en Égypte à l’occasion d’une visite officielle de trois jours. Un voyage qui les a notamment vu rencontrer Abdel Fattah al-Sissi, le président égyptien, et découvrir le célèbre temple d’Abou Simbel.

Et à partir des photographies prises ce jour-là, le Daily Mail a donc publié un article s’interrogeant sur le bon goût de la tenue vestimentaire de la première dame française, qui avait choisi d’assortir un costume gris clair avec une paire de baskets kaki.

Mais en France, ce ne sont pas les considérations esthétiques qui ont primé dans les discussions, mais plutôt le prix des chaussures portées par Brigitte Macron. Dans l’article anglais, il est effectivement expliqué qu’il s’agit d’une paire de baskets Louis Vuitton, de la gamme Run Away, dont les modèles se vendent pour des sommes allant de 580 à plus de 800 euros.

Des montants qui ont fait hurler, en particulier sur les groupes Facebook des gilets jaunes, où l’information a été largement partagée, commentée et reprise. “750 euros, c’est le salaire d’une caissière ou d’une petite retraitée qui actuellement sont sur les ronds points avec les gilets jaunes”, dénonce par exemple une page repérée par le journaliste Vincent Glad.

Par l’intermédiaire de son entourage, Brigitte Macron a cependant rapidement rappelé que les précieux souliers n’ont pas coûté un centime au contribuable français.

“Ce sont des chaussures prêtées. Les vêtements n’appartiennent pas à Brigitte Macron. C’est le système que nous avons mis en place pour que cela ne coûte rien à l’État et pour mettre en valeur les créateurs français”, assurent des proches de Brigitte Macron contactés par Franceinfo. Et de rappeler que la première dame ne bénéficie de toute façon d’aucun frais de représentation pour financer ses achats de vêtements.

Cet article a été initialement publié par Le HuffPost France.