ALGÉRIE
26/06/2018 21h:12 CET

Brandt Algérie veut se lancer dans la fabrication locale d’outillages industriels

DR

Brandt Algérie fait un pas de plus vers un électroménager 100% algérien. La filiale du groupe agro-alimentaire Cevital a signé ce mardi 26 juin 2018 un accord de partenariat avec un centre de formation industriel français, AFORP, pour la formation de techniciens algériens aux métiers de fabrication l’outillage et des moules, actuellement importés par les fabricants industriels algériens.

La filiale algérienne du groupe Brandt a affiché son ambition de devenir “autonome” dans son outil industriel. Le Directeur général du Pôle Industrie, Tahar Benadji, affirmant que ce partenariat est “unique en Algérie”, a expliqué que cet accord, permettrait, à terme, d’augmenter le taux d’intégration des produits électroménagers de Brandt mais surtout, de former des compétences algériennes à des “métiers pointilleux”.

L’AFORP (Association pour la Formation et le Perfectionnement du personnel des entreprises industrielles de la Région parisienne) est un centre de formation industriel et technique français, membre de l’UIMM, réseau de la métallurgie en Île-De-France, en France. Cet établissement accompagne environ 45.000 sociétés françaises dans la formation de leurs salariés, allant des compétences humaines, techniques, digitales et managériales, expliquait Olivier Dambrine, directeur chez Codifor, créé par l’UIMM pour mener ses projets en dehors de la France.

Un gain de temps … et de devises

Brandt Algérie mènera en collaboration avec ce centre de formation français des ateliers techniques pour la formation de ses techniciens.  La filiale du groupe Cevital a annoncé la mise en place prochaine d’une unité de formation aux métiers de fabrication de l’outillage et de moules pour l’ensemble de sa production, jusque-là tributaire des importations.

265 jeunes seront formés « aux métiers de pointe », a ainsi annoncé M. Benadji. Expliquant que Brandt Algérie recense un besoin interne ”énorme” d’ outillage et de moules, le DG du pôle Industrie a rajouté que ces ateliers permettront à de réaliser un gain de temps et de devises. « Tous les outillages et les moules que nous utilisons, nous, Brandt, ou nos confrères industriels dans les autres secteurs, dont l’automobile, sont importés », dit-il.

 

Pi Relations

 

Cette session de formation débutera en juin 2018 avec, au préalable, une étude sur le terrain, explique Eugène Ledoux, responsable Outillage et Moules chez le Groupe Brandt, qui assure que ce concept n’est appliqué qu’en Chine.

Un travail de sélection des profils sera par la suite menée afin de former entre 65 à 82 opérateurs algériens. Il s’agit notamment de techniciens de méthode de fabrication, d’usineurs régleurs, d’outilleurs et d’ajusteurs.

Le centre de formation français AFORP sera le « pilote » de cette formation, en accompagnant Brandt dans la sélection « pour sécuriser le parcours de la formation », explique encore M. Dambrine.

A l’issue de la session de formation, qui prend fin en mars 2019, Brandt Algérie sera ainsi en mesure de former à son tour, explique M. Ledoux.

Tahar Benadji insiste notamment de son côté sur cette démarche, qui répond, rappelle-t-il, à la stratégie du fleuron de l’électroménager en Algérie, à travers notamment ses investissements dans l’équipement et la formation de compétences.

Brandt prend goût à l’exportation

Et la filiale de Cevital se porte bien justement. Le DG du pôle Industrie a révélé quelques chiffres sur l’activité de Brandt en Algérie. Il a ainsi déclaré que le taux d’intégration des machines à laver « Top » et des réfrigérateurs est de 80% dans le marché national.

Benadji a rajouté que la part de marché des produits électroménagers de Brandt en Algérie varie, selon les équipements, entre 15 et 40%, évoquant notamment un taux d’absorption de 100% des productions de la filiale de Cevital.

 Le même responsable a surtout confirmé les ambitions de Brandt à l’international, faisant état d’une hausse des exportations de plus de 500% de ses machines à laver. "Nous avons exporté en 2016 l’équivalent de 6 millions d’euros. En 2017, nous avons atteint 30 millions d’euros. Des entrées de devises qui viendront diversifier les sources de la balance du paiement de notre nation" , a-t-il expliqué, satisfait.

Brandt, qui exporte vers plusieurs pays de la région Moyen-Orient, Afrique du Nord, de l’Europe et de l’Asie, table sur une hausse de 30 à 40% de ses exportations durant l’exercice en cours.