ALGÉRIE
21/08/2014 03h:49 CET | Actualisé 21/08/2014 04h:17 CET

Block the boat: Le navire israélien est revenu à Oakland se faire décharger en secret, dans la nuit

twitter
Les militants au port d'Oakland, une première qui a fait parler du BDS aux Etats-Unis

Apres avoir été incapable de débarquer sa cargaison dans les "conditions ordinaires" au port d'Oakland, le navire commercial israélien appartenant à la compagnie Zim a fait mardi mine de quitter le port d'Oakland et la baie de San Francisco.

Il est revenu, plus tard dans la nuit, se faire décharger à la hâte dans une aile tout autre que celle où son débarquement se fait habituellement, devenu un lieu de rendez-vous quotidien pour les manifestants antisionistes.

Les manifestants qui bloquaient depuis samedi dernier le déchargement du navire ont cru que le navire quittait définitivement la baie de San Francisco après avoir suivi sa trajectoire prenant la porte de sortie de la baie sous le pont du Golden Gate. Le fait que la compagnie ait officiellement rempli une demande d'accoster la même journée au port de Los Angeles semblait conforter l’idée d’un départ définitif.

Gout amer

La victoire annoncée mardi de ceux qui militent pacifiquement pour le boycott de l'Etat d'Israël a donc été de courte durée. Elle semble laisser un gout quelque peu amer pour tous ceux qui se sont mobilisés pendant plusieurs jours.

Ils étaient présents effectivement au port et au quai où se trouvait le navire à chaque fois que son débarquement était programmé par le staff du port.

LIRE AUSSI:

Solidarité avec Gaza: Blocus contre Israël sur la côte ouest des Etats-Unis (PHOTOS-VIDEOS)

Sous la pression des manifestants, le navire de "l'apartheid" a été contraint de partir, sans décharger

En effet, un système d'alerte avait été mis en place de manière très efficace qui permettait aux militants d'organisations pro-palestiniennes et antiracistes de se regrouper dans l'heure qui précédait le débarquement annoncé par le staff portuaire du navire israélien pour former un "community picket" que les dockers ont à chaque fois choisi de respecter.

Le dénouement de cette première bataille BDS-Navire israélien se termine donc sur une note moins positive que ce qu'ont pensé les manifestants hier.

Ils ont tout de même réussi comme le dit l'un d'entre eux "à obliger un navire israélien à se faire décharger en secret comme le feraient des voleurs" et ce, surtout, en terre habituellement totalement acquise à Israël.

Il faut dire que cette action "Block the Boat for Gaza" avait été annoncée il y a plusieurs semaines et, initialement, il ne s'agissait que d'une seule journée de manifestation symbolique pour rendre plus visible le mouvement BDS aux Américains.

Une action jugée nécessaire car les médias locaux semblent, selon les activistes, avoir décidé d'ignorer toute règle éthique élémentaire dans la couverture des événements qui se déroulent en Palestine-Israël.

Portés par l'enthousiasme suscité par la présence de milliers de manifestants criant leur colère contre les bombardements israéliens à Gaza qui se sont joints samedi dernier à une action très inhabituelle et à hauts risques pour leur sécurité, certains manifestants et activistes ont décidé de continuer à harceler le navire israélien.

Des actions similaires sont programmées dans d'autres ports de la côte ouest américaine et canadienne dans les jours et semaines à venir. Et l'on saura aussi bientôt si le bras de fer entre la compagnie maritime israélienne Zim et les manifestants de la Baie de San Francisco continuera dans les semaines à venir - car ce navire est évidemment un habitué du port d'Oakland - ou si les militants du BDS optent pour de nouvelles options et nouvelles cibles.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.