TUNISIE
03/04/2019 08h:15 CET

Bouteflika remet sa lettre de démission personnellement au président du conseil constitutionnel

Abdelaziz Bouteflika a présenté cette démission réclamée par la rue depuis le 22 février dernier.

Getty Editorial

C’est un homme amoindri mais parfaitement conscient qui s’est présenté cette nuit du 02 avril au Conseil Constitutionnel pour présenter sa propre démission à Tayeb Belaiz président de cette institution en présence de Abdelkader Bensalah président du Conseil de la Nation. 

 
 

Abdelaziz Bouteflika a présenté cette démission réclamée par la rue depuis le 22 février dernier. Dans cette notification formelle adressée au Conseil Constitutionnel, le Président démissionnaire affirme avoir pris cette décision en son ”âme et conscience”. Une lettre qu’il estime “destinée à contribuer à l’apaisement des cœurs et des esprits” de ses “compatriotes pour leur permettre de projeter ensemble l’Algérie vers l’avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement.”

 

Dans une  claire allusion au communiqué de l’armée,  Bouteflika dit cette décision est motivée par “un souci d’éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement l’actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l’Etat.”

Le Président démissionnaire, qui veut démontrer qu’il est bien l’auteur du communiqué de la présidence de la République rendu public le 1 avril, souligne qu’il avait pris  “les mesures appropriées, dans l’exercice” de ses “prérogatives constitutionnelles, pour les besoins de la continuité de l’Etat et du fonctionnement normal de ses institutions durant la période de transition devant mener à l’élection du nouveau Président de la République.”

 

Il prend à témoin Dieu pour souligner qu’il avait oeuvré “sans relâche” le long de sa présidence pour “pour consolider les bases de l’unité nationale, de l’indépendance et du développement de notre cher pays ainsi que pour promouvoir la réconciliation avec nous-mêmes et avec notre identité et notre histoire.”

 

Texte intégral de la lettre de démission de Abdelaziz Bouteflika

J’ai honneur de vous notifier formellement ma décision de mettre fin au mandat que j’accomplis en qualité de Président de la République, à partir de ce jour, mardi 26 Radjab 1440, correspondant au 02 avril 2019.

Cette décision que je prends en mon âme et conscience est destinée à contribuer à l’apaisement des cœurs et des esprits de mes compatriotes pour leur permettre de projeter ensemble l’Algérie vers l’avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement.

Cette décision procède de mon souci d’éviter que les excès verbaux qui marquent malencontreusement l’actualité ne dégénèrent en dérapages potentiellement dangereux pour la protection des personnes et des biens qui relève des prérogatives essentielles de l’Etat.

Dans le même temps, cette décision se veut l’expression de ma foi en une Algérie fière et digne tenant son rang et assumant pleinement ses responsabilités dans le concert des nations.

Dans cette perspective, j’ai pris les mesures appropriées, dans l’exercice de mes prérogatives constitutionnelles, pour les besoins de la continuité de l’Etat et du fonctionnement normal de ses institutions durant la période de transition devant mener à l’élection du nouveau Président de la République.

Dieu, Le Tout-Puissant, m’est Témoin des initiatives que j’ai prises, des actions que j’ai menées, des efforts que j’ai déployés et des sacrifices que j’ai consentis pour être à la hauteur de la confiance dont mes compatriotes m’ont honoré, œuvrant sans relâche pour consolider les bases de l’unité nationale, de l’indépendance et du développement de notre cher pays ainsi que pour promouvoir la réconciliation avec nous-mêmes et avec notre identité et notre histoire.

Je souhaite tout le meilleur au Peuple algérien”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.