ALGÉRIE
19/03/2015 14h:41 CET | Actualisé 20/03/2015 14h:55 CET

Gaz de schiste: Bouteflika attaque des "pseudo-hommes politiques" et promet de "défendre l'Etat" avec "fermeté et rigueur"

Facebook/Page.JilJadid

Le président Abdelaziz Bouteflika a violemment attaqué jeudi les opposants qualifiés de "pseudo hommes politiques" soutenus par une presse "sans éthique" qu'il accuse d'œuvrer "matin et soir, à effrayer et démoraliser" les Algériens.

Dans son message à tonalité très nationaliste, lu à Ghardaïa, à l'occasion de la commémoration du 19 mars, fête de la victoire, par son conseiller Benaamar Zerhouni, évoquant la contestation anti-gaz de schiste à In Salah, le président Bouteflika, affirme que la situation le met dans "l'extrême obligation d'user d'un surcroît de fermeté et de rigueur, pour défendre l'Etat".

"C’est un devoir constitutionnel, légal, légitime et moral qui ne peut souffrir ni report ni dérobade" indique le chef de l'Etat dans un message particulièrement dur ciblant à l'évidence les membres de la CNLTD qui dénoncent une "vacance" du pouvoir présidentiel et réclament la tenue de présidentielles anticipées.

Bouteflika use d'une rhétorique particulièrement dure en mettant en garde contre la "nocivité de ceux, d’entre nous, qui se sont laissés glisser sur la dangereuse pente de la politique de la "terre brûlée" dans le dessein d’arriver au pouvoir, même en mettant notre Etat en ruine et en marchant sur les cadavres des enfants de notre peuple".

LIRE AUSSI: Les partis d'opposition dénoncent les "menaces" de Bouteflika et l'accusent de confondre "sa personne avec l'Etat"

Rendant hommage à In Salah qui n'a été "avare envers l’Algérie ni de ses ressources ni de l’apport des meilleurs de ses enfants", Bouteflika se dit "peiné" par les "discordes irraisonnées" qui sapent les efforts de l'Etat.

Le chef de l'Etat se dit "particulièrement affligé de voir des enfants de la région poussés à nuire à l’Etat de leur pays" et que "d’autres tendent à mettre en doute le dévouement et l’intégrité des dirigeants de leur Etat".

Bouteflika réaffirme d'ailleurs la ligne qui a prévalue en matière de gaz de schiste. Nous devons admettre, a-t-il indiqué que "sans une connaissance suffisante des potentialités de notre sous-sol en gaz et en pétrole et gaz de schiste, il ne nous sera pas possible de planifier les étapes futures du développement de notre pays".

"C’est en gardant, en permanence, à l’esprit que nul n’a le droit et ne peut se permettre d’agir d’aucune manière pouvant attenter aux intérêts des citoyens, à l’écologie et à l’intégrité géologique de quelque zone territoriale que ce soit, que nous avons entrepris, sur la base de certitudes irréfragables, éprouvées et vérifiées, d’engager les travaux d’exploration et d’évaluation, uniquement, des potentialités du pays en gaz de schiste. Nous nous conformerons à cette option jusqu’au bout".

LIRE AUSSI:Schiste : Bouteflika garde le cap, prône des "débats transparents", annonce de nouvelles wilayas déléguées au sud

Suivez l'actualité sur le gaz de schiste ICI.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.