25/11/2015 15h:13 CET | Actualisé 28/11/2015 08h:49 CET

Ce qu'il faut savoir sur l'ouverture du capital de la bourse de Casablanca

DR
Ce qu'il faut savoir sur l'ouverture du capital de la bourse de Casablanca

FINANCE - Nouveau tour de table à la bourse de Casablanca. Des établissements financiers de la place viennent en effet de faire leur entrée dans le capital du marché officiel des actions au Maroc.

Le mémorandum d’entente relatif à l’ouverture du capital de la bourse de Casablanca a été signé ce mercredi au siège de la bourse entre l’Etat, le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM), les actuels actionnaires de la bourse des valeurs et les futurs actionnaires. Il s'agit en l’occurrence des banques et assurances, de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et de Casablanca finance city authority.

Ouverture du capital à un partenaire international?

Dans le détail, les établissements de crédit prennent une participation de 39% (Attijari Wafa Bank, la BMCE Bank et la Banque centrale populaire prennent chacune 8%, tandis que CIH Bank, Crédit du Maroc, Crédit agricole, la Société générale et la BMCI prennent chacune 3%), la CDG de 25%, les sociétés de Bourse indépendantes de 20%, les compagnies d’assurance de 11% et Casablanca finance city authority de 5%. Avant cette démutualisation, 17 sociétés détenaient chacune une participation de 5,9%.

"L’ouverture à un partenaire stratégique international est également envisagée", a indiqué Mohamed Boussaid, ministre de l’Economie et des finances, lors de la signature des documents de la démutualisation du capital de la Bourse.

Reconfiguration du tour de table

Le nouveau tour de table débouchera sur une reconfiguration du Conseil d’administration de la Bourse, qui sera constitué de 12 membres. "Compte tenu du rôle de cet organe dans la fixation des orientations stratégiques, ce mémorandum d’entente prévoit une répartition équilibrée des pouvoirs entre les différentes catégories d’actionnaires. Des administrateurs indépendants siègeront également dans le conseil d’administration", a notamment souligné le ministre de l’Economie et des finances.

A terme, l’objectif est "d’ériger la place financière de Casablanca en hub financier intégré dans son espace régional et capable de répondre aux besoins des émetteurs et des investisseurs notamment africains", a dit Mohamed Boussaid.

Galerie photo Ces Marocains à la conquête de l'Afrique Voyez les images