09/02/2016 09h:09 CET | Actualisé 09/02/2016 09h:13 CET

Maroc: La réforme du marché boursier commence à prendre forme

DR
La réforme du marché boursier commence à prendre forme

BOURSE - Près d'une semaine après l'élection de Mohamed Benabderrazik à la tête du conseil d'administration de la Bourse des valeurs de Casablanca (BVC), c'est le number one de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (Ex-conseil déontologique des valeurs mobilières, CDVM) qui sort de l'ombre, créant une surprise et non des moindres.

Trois ans après que le patronat marocain se soit conjugué au féminin, avec l'élection Miriem Bensalah Chaqroun en tant que première présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) dans l'histoire du Maroc, c'est le marché financier qui reconnaît et consacre les compétences féminines marocaines.

Le roi Mohammed VI a procédé samedi dernier à la nomination de Mme Nezha Hayat présidente de l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), sur initiative du ministre de l'Economie et des finances, faisant émerger dans le monde des finances une compétence qui prendra les commandes d'une institution ayant la lourde tâche de superviser un marché en transition.

Processus de changement

Car si l'année 2015 a été marquée par des avancées majeures, annonçant une évolution structurante du marché financier marocain et des acteurs qui y opèrent, 2016 s'annonce chargée avec l'amorce d'un processus de changement dont la cadence est appelée à s'accélérer. Un changement qui commence par le haut de la pyramide compte tenu du rôle important des organes décisionnels dans la fixation des orientations stratégiques.

Les nouveaux dirigeants du marché boursier marocain ont fait l'essentiel de leur carrière dans les milieux financiers. A l'instar du nouveau patron de la BVC, qui dispose d'une expérience de plus de 18 ans en tant que dirigeant et administrateur de sociétés de bourse et de gestion, Nezha Hayat a dirigé les activités de marché de la Société Générale pendant de nombreuses années, et même siégé au Conseil d'Administration de la BVC.

Une nouvelle ''architecture législative''

Portée par une ambition de développement, la réforme du marché financier se voulait d'une dimension globale couvrant la réorganisation institutionnelle, le développement des produits et le renforcement des moyens d'action des autorités de régulation.

Le CDVM s'inscrit dans cette dynamique en se préparant à jouer un rôle encore plus important à travers le passage au statut de l'AMMC. En effet, la nouvelle organisation (mise en place d'un collège des sanctions...etc) et l'élargissement des missions (évolution du périmètre de contrôle, habilitation de certaines fonctions, éducation du public...etc) qui accompagnent cette réforme devront lui permettre d'assurer une régulation plus efficace et à la hauteur des challenges qui se profilent.

Cette nouvelle ''architecture législative'' s'appuiera sur une refonte du règlement général actuel qui donnera à l'Autorité les appuis réglementaires nécessaires.

L'année 2015 a constitué un point d'inflexion dans la mesure où le calendrier des réformes du marché financier marocain s'est précisé par des actions concrètes et le démarrage du processus de démutualisation de la BVC a été l'une des actions-phares.

L'ouverture du capital de la place casablancaise au profit d'acteurs institutionnels nationaux dans un premier temps, et internationaux par la suite, et la définition d'un nouveau cadre organisationnel et contractuel, promeut une meilleure efficience de la gouvernance de la bourse ainsi que la modernisation de ses outils techniques et technologiques.

LIRE AUSSI:
Galerie photo Les 10 plus grosses entrées en bourse de la net-économie Voyez les images