MAROC
05/12/2018 16h:27 CET

Bourse: 14 nouvelles entreprises marocaines intègrent le programme Elite

Attirer les sociétés à la cote reste incontestablement l’une des priorités de la Bourse de Casablanca.

DR

FINANCE - C’est dans un écrin bien particulier que la Bourse de Casablanca a tenu à présenter les nouveaux adhérents du programme Elite. Le méchouar de Casablanca et le patio de la wilaya de la région ont accueilli les 14 entreprises de la 6e cohorte du programme Elite, en présence de l’ensemble du microcosme financier, du président de la CGEM Salaheddine Mezouar et d’entrepreneurs de renom tels que Hakim Marrakchi.

Ce sont donc Anfa Realties, Biougnach, Caciopee, First Informatique, GIEM, Groupelec, Kaprio, Les Emballages Modernes, Litho Typo Marocaine, Luxus Paper, Pharmavet Maroc, Promomarbre, Scandimar et TopMédical qui ont intégré le programme. Ces nouvelles entreprises réalisent un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dirhams, emploient 1.000 personnes et opèrent dans 12 secteurs différents.

Marché des capitaux, prêt emprunt, titrisation, système d’informations, normes IFRS... Les sujets pour faire renouer les entreprises avec la place boursière ne manquent pas. En effet, attirer les sociétés à la cote reste incontestablement l’une des priorités de la Bourse, en manque de papier frais.  

De leur côté, l’objectif pour ces entreprises est de disposer d’une capacité immédiate à accéder au marché des capitaux. D’ailleurs, sur les 58 entreprises (de 19 secteurs différents et générant 15 milliards de dirhams) ayant intégré le programme depuis le lancement en 2016, une dizaine a prévu des introductions en Bourse sur le moyen et long termes. Trois ouvertures de capital et une émission obligataire seraient également en cours de préparation. 

Modes de financement alternatifs

La finalité est aussi de faire découvrir aux chefs d’entreprises des modes de financement autres que l’endettement bancaire en passant par le capital-investissement et ceci afin de les aider dans leurs prochaines étapes de croissance. Un challenge autant pour l’équipe du programme que pour ces PME marocaines qui - souvent familiales - associent le marché des capitaux à une introduction en bourse qui pourrait limiter leurs prérogatives (perte de contrôle, obligation de transparence...). Pour y remédier, la démarche du programme Elite est de miser sur une transformation progressive. Pour rappel, le programme s’articule autour de trois phases: “Get Ready, Get Fit, Get Value”, qui ont pour vocation de former et de préparer les candidats aux exigences du marché des capitaux.

A ce jour, 35 entreprises des cinq premières cohortes du programme ont atteint la seconde phase du programme: “Get Fit”. Durant cette phase, les entreprises évaluent leurs systèmes organisationnels et financiers dans le but d’initier les changements potentiels à opérer, de consolider les pratiques de communication commerciale et financière et de soutenir le développement d’un business plan et la construction d’une equity story. Par ailleurs, 11 entreprises ont atteint la troisième phase “Get Value”.

En termes de projets de financement, 18 entreprises d’Elite Maroc ont annoncé leur intention de réaliser une opération sur le marché dont la majorité via IPO. Par ailleurs, 3 sociétés ont réalisé des opérations d’ouverture de capital, 3 autres ont mandaté des banques d’affaires pour l’ouverture de leur capital et une dizaine d’entreprises planchent actuellement sur la refonte de leur stratégie et/ou ont entamé des démarches en vue d’améliorer leur gouvernance en prévision d’un recours prochain au marché financier (charte familiale, administrateur indépendant...).

L’une des particularités des dernières promotions est que quasiment toutes les entreprises recrutées ont des présences ou exportent sur le reste du continent.

Communauté internationale

Ce sont plus de 850 entreprises internationales de 36 pays différents et opérant dans 35 secteurs qui constituent la communauté d’Elite générant ainsi un chiffre d’affaires de plus de 62 milliards d’euros. Initié en 2012 par le London Stock Exchange Group (LSE Group), le programme a été déployé ensuite par sa filiale Borsa Italiana (Italie), en vue d’accompagner le développement des PME sur le marché financier. Le programme a ensuite faire son entrée dans plusieurs pays d’Europe avant que le Maroc ne soit le premier pays non-européen où Elite a été déployé. Aujourd’hui, des partenaires internationaux en Arabie saoudite et au Brésil viennent de lancer leurs premières cohortes au cours du premier trimestre 2018.

Le Maroc a accompagné la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) pour l’implantation d’Elite en Afrique, et ce, afin de répondre à un besoin accru des entreprises africaines en termes d’accompagnement dans leur processus d’accès au financement. Ainsi, sur le continent, ce sont plus de 68 entreprises de 25 secteurs différents - et générant 35 milliards d’euros - qui sont intéressées par ce programme. Au Maroc, le programme Elite séduit. “Nous voulions intégrer la quatrième cohorte en novembre dernier, mais il y avait d’autres entreprises avant nous”, nous confie un chef d’entreprise. Depuis son lancement dans le royaume en avril 2016, le programme Elite attire de plus en plus d’entreprises - des PME en particulier - qui souhaitent bénéficier des modules de formation qui les aideront à appréhender les outils nécessaires pour améliorer leur gouvernance ou encore leur business plan.