TUNISIE
17/10/2019 11h:29 CET

Boris Johnson annonce un accord avec l'UE sur le Brexit

Boris Johnson a annoncé ce jeudi 17 octobre sur Twitter “un excellent nouvel accord” de Brexit avec l’Union européenne.

POOL New / Reuters

ROYAUME-UNI - Après des jours d’intense spéculation, un nouveau pas concret vers la sortie? Boris Johnson a annoncé ce jeudi 17 octobre sur Twitter “un excellent nouvel accord” de Brexit avec l’Union européenne, alors qu’un Conseil européen crucial sur la question doit se dérouler ces deux prochains jours. 

Peu après le Premier ministre britannique a été suivi de Jean-Claude Juncker,le président de la Commission européenne, qui a fait une déclaration également en ce sens sur le réseau social.

“Nous avons un excellent nouvel accord pour reprendre le contrôle. Maintenant le parlement devrait faire passer le Brexit samedi pour que nous passions à d’autres priorités, comme le coût de la vie, le NHS, la criminalité et l’environnement”

“Quand il y a de la volonté, il y a un accord. Nous en avons un! C’est un accord équilibré et juste pour l’Union européenne et le Royaume-Uni et c’est un gage de notre engagement à trouver des solutions. Je recommande que le Conseil européen adopte cet accord”.

Jean-Claude Juncker a accompagné son tweet d’une lettre au Conseil dans laquelle il ajoute :“Je crois qu’il est grand temps de compléter ce processus de sortie, aussi rapidement que possible”.

Avant que le Conseil ne donne son approbation, il faudra également que le Parlement européen le ratifie.

Ce que contient l’accord

Peu après, Michel Barnier, négociateur pour l’Union européenne a pris la parole en conférence de presse, saluant la patience des différentes parties. “Le Brexit c’est l’école de la patience”, a-t-il déclaré avant de détailler le nouvel accord.

Selon le texte négocié, les régulations européenne s’appliqueront à tous les produits nord-irlandais, ce qui veut dire des contrôles aux frontières. L’Irlande du Nord restera dans le territoire douanier britannique et bénéficiera ainsi des accord commerciaux du Royaume-Uni. 

Le ballon est désormais à Londres

En dépit des injonctions européennes et du leader britannique à transformer l’essai, le Brexit n’est pas encore fait. La deuxième grande difficulté qui attend Boris Johnson après les négociations avec l’UE, se fera à domicile. Ce nouvel accord négocié devra être ratifié à la Chambre des communes qui doit se réunir ce samedi. Un exercice sur lequel Theresa May s’est cassé les dents plusieurs fois et qui lui aura coûté son poste de Première ministre.

Surtout, depuis quelques semaines, la majorité derrière le Premier ministre semble particulièrement fragile. 

Ce jeudi matin, le DUP parti nord-irlandais allié au gouvernement a fait savoir qu’il ne soutenait pas l’accord négocié. Un refus réitéré après l’annonce de Boris Johnson et Jean-Claude Juncker.

“Nous ne pouvons soutenir ce qui est proposé sur les questions des douanes et du consentement (de l’exécutif nord-irlandais au projet de Brexit)”,  a expliqué le DUP dans un communiqué en référence à deux points considérés problématiques par l’Union européenne. Il y a “un manque de clarté sur la TVA” ajoute le DUP.

L’opposition vers un 2e référendum?

Le chef de l’opposition, Jéremy Corbyn a de son côté rapidement appelé les députés à rejeter l’accord. “Il semblerait que le Premier ministre ait négocié un accord encore pire que Theresa May qui a été massivement rejeté”, a-t-il déclaré laissant entrevoir l’espoir d’un deuxième référendum: “La meilleure façon de régler le Brexit c’est de donner aux gens le dernier mot dans un vote public”.

Si la Chambre des communes se refuse à ratifier l’accord, Boris Johnson devra alors demander un report comme l’y oblige la loi et ce, alors qu’il s’était engagé à une sortie britannique de l’UE “coûte que coûte” le 31 octobre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.