MAROC
17/03/2018 18h:23 CET | Actualisé 17/03/2018 18h:40 CET

Le bodybuilder marocain Amr Jgounni décroche le titre de champion IFBB France-Nord

A 25 ans, le jeune marocain remporte son premier titre.

Instagram/amrjgounni

SPORT - A 25 ans, Amr Jgounni a vu sa carrière sportive prendre une nouvelle tournure. Pour sa première participation à une compétition de grande envergure, le jeune marocain a réussi a tirer son épingle du jeu en décrochant le titre de champion en Men’s Physique lors de la demie finale Nord de IFBB-France (Fédération internationale Bodybuilding & Fitness), mardi dernier.

Diplômé de l’université Al Akhawayn il y a 3 ans en ingénierie et management, suivi d’un master en management en Allemagne, Amr est actuellement étudiant pour un double diplôme en entrepreneuriat et innovation à l’EDHEC Business School. À côté des études, le jeune marocain a décidé de se lancer un nouveau défi: celui de faire passer sa passion pour le culturisme au niveau professionnel. 

“La première fois que je suis entré dans une salle de fitness, j’avais 17 ou 18 ans. À cet âge, j’avais des amis qui avaient commencé la musculation et qui commençaient à développer des physiques avantageux, donc assez attractifs. Je partais d’un physique plus ou moins maigre et je voulais l’améliorer, du coup j’ai directement pensé à la musculation” se souvient Amr, interrogé par le HuffPost Maroc.

“J’ai toujours été sérieux et motivé quand il s’agissait du travail durant mes séances. De plus, j’ai toujours été fan de la catégorie Men’s Physique qui est une catégorie qui nécessite moins de masse musculaire. Le but était de développer cette dernière tout en restant athlétique et esthétiquement plaisant” nous explique le jeune bodybuilder. “Au fil du temps, j’ai pu améliorer mon physique pour me rapprocher des critères et je me suis dis pourquoi ne pas vivre l’expérience pleinement et participer à une compétition?”, poursuit le jeune homme.

Après plus de 5 mois de préparation, Amr se sentait fin prêt. “J’ai suivi un cycle standard de préparation, une phase de prise de masse et une phase de sèche. La phase de prise de masse a duré 3 mois. C’est la phase que je considère la plus facile. On arrive à manger à sa faim et on ne ressent pas forcément la fatigue. La phase de sèche est la plus compliquée car il faut mettre le corps en déficit calorique pour pouvoir perdre le gras et afficher un physique sec le jour J”, précise l’athlète, qui s’impose une discipline de fer. “Je m’entraîne cinq fois par semaine: quatre séances dédiées à la musculation et une à la cardio”.

L’IFBB est l’une des épreuves clés en culturisme. Cette dernière permet de se qualifier aux plus importants tournois de ce sport, notamment l’Olympia et l’Arnold Classic. “Les juges cherchent un physique musclé, sec, athlétique et esthétiquement plaisant. Le physique doit être harmonieux, la ceinture doit être petite comparée à la largeur d’épaules pour afficher un physique en V et la ceinture abdominale doit être bien dessinée. L’athlète est aussi jugé sur sa façon de faire ses poses, sa prestance, sa confiance, son look et son apparence esthétique” explique Amr Jgounni. ”Je savais que j’avais le potentiel et que je pouvais créer la surprise et ça s’est fait!”, se réjouit le jeune bodybuilder.

“C’était un moment magique malgré le fait qu’il y avait un petit stress les premiers instants. Je peux dire que je me suis bien amusé. La cerise sur le gâteau était la médaille d’or. C’est un grand moment d’émotion, surtout après tant d’efforts et de sacrifices. Je me sens motivé pour la finale et je pense qu’il me reste encore un bout de chemin à parcourir dans ce sport”.

Un jeune sportif prometteur qui n’en est qu’au début de sa carrière. Le rendez-vous est donc fixé pour la finale qui se tiendra les 24 et 25 mars.

LIRE AUSSI: