MAROC
16/07/2019 18h:01 CET

Bloquée trois jours à l'aéroport de Barcelone, une Marocaine raconte sa mésaventure avec Air Arabia

"Elle m'a dit que je ferais mieux de m’acheter un autre billet pour retourner pour de bon dans mon p***** de pays".

Facebook/Maha Tazi

TÉMOIGNAGE - La mésaventure que raconte Maha Tazi sur son compte Facebook a suscité de vives réactions sur la toile. Dans son récit, elle affirme avoir été bloquée à l’aéroport de Barcelone sans bagages depuis dimanche 14 juillet. Professeur et chercheur à l’université Concordia de Montréal, la jeune Marocaine parle d’un cauchemar dans lequel elle dit avoir été victime de “comportements déplacés et racistes”, alors qu’elle se préparait à prendre un vol de Air Arabia en direction de Casablanca.  

Que s’est-il passé au juste? Au HuffPost Maroc, Maha Tazi raconte sa mésaventure. “Tout commence avec un excédent de bagage de 2 kg au moment de l’enregistrement”, nous explique la jeune marocaine, ce mardi 16 juillet, quelques minutes avant de prendre son vol auprès d’une autre compagnie aérienne pour rejoindre Casablanca, après 3 jours d’attente. 

Résidant à Montréal, elle s’est vu interdire l’accès à l’avion pour avoir souhaité faire une réclamation relative au mauvais comportement d’un membre du personnel, d’après son récit.

“Au moment de l’enregistrement des bagages, cette personne m’a demandé de retirer le surpoids ou de ‘dégager ma valise’. Lorsque j’ai menacé de signaler cette agression verbale à un membre de l’équipage, elle m’a répondu: ’Va, va faire une réclamation, ma tsed3ich lia rassi (ne me casse pas la tête)”, raconte cette jeune docteur en communication.

Accompagnée de deux témoins, elle se dirige alors vers la porte d’embarquement pour déposer sa plainte. Une fois sur place, elle retrouve l’hôtesse en question aux côtés d’une collègue espagnole. Selon Maha Tazi, l’hôtesse l’aurait alors menacée de ne pas la laisser monter dans l’avion. 

“Elle s’est alors justifiée auprès de sa collègue en affirmant que je l’avais insultée en arabe, avant de s’emparer de mon passeport et de déchirer ma carte d’embarquement”, poursuit-elle. Et d’ajouter: “quand j’ai essayé de reprendre mon passeport, elle m’a agressée physiquement comme le montrent les traces sur mes mains”, s’offusque Maha Tazi.

Sa collègue espagnole m’a alors dit que je ne monterais pas dans l’avion pour motif de “mauvaise attitude” et que je ferais mieux de m’acheter un autre billet pour retourner pour de bon dans mon "p***** de pays".

La jeune femme nous affirme avoir ainsi passé 3 jours sans ses affaires avant de réussir à trouver un avion pour rentrer à ses propres frais. “Je suis sans rien, depuis dimanche soir”, se désole-t-elle, regrettant que la compagnie n’ait toujours pas transféré son bagage perdu depuis. “Ils ont dit qu’ils me l’enverraient demain soir à Casablanca”, dit-elle, précisant que la compagnie aérienne lui a proposé un vol de remplacement en direction de Fès, alors qu’elle se dirigeait à Casablanca.

Sur cette mésaventure, le HuffPost Maroc a contacté le département de communication de la compagnie aérienne qui nous a déclaré que des investigations étaient en cours pour connaître les détails de l’affaire. “Nous sommes conscients du problème de notre cliente, Mlle Tazi, qui s’est vue refuser l’embarquement sur son vol 30374, le 14 juillet 2019, à cause d’un problème avec le personnel au sol de l’aéroport international de Barcelone”, nous précise Air Arabia. Et d’ajouter que la compagnie est “actuellement en contact avec l’aéroport de Barcelone et la société d’assistance en escale pour enquêter sur l’affaire et porter assistance à Mlle Tazi. En attendant, nous lui avons proposé un autre vol afin qu’elle puisse poursuivre son voyage sans plus de retard”. La compagnie émiratie nous a affirmé “porter une importance particulière aux plaintes des clients”.