MAROC
13/10/2019 16h:28 CET

Blâmé par le gouvernement pour ses propos sur l'Algérie, Mezouar démissionne de la CGEM

"Le gouvernement de Sa Majesté le Roi dénonce la démarche irresponsable, maladroite et irréfléchie de M. Salaheddine Mezouar".

Huffpost MG
mezouar

POLITIQUE - Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a adressé par mail, ce dimanche, à l’ensemble de ses collaborateurs sa lettre de démission de ses fonctions à la tête du patronat. Une démission inattendue qui intervient quelques heures après un recadrement cinglant de la part du gouvernement envers le patron des patrons suite à des propos qu’il a tenus, samedi, sur la situation actuelle en Algérie, à l’occasion d’une conférence de la World Policy Conference, à Marrakech. 

“Le gouvernement de Sa Majesté le Roi dénonce la démarche irresponsable, maladroite et irréfléchie de M. Salaheddine Mezouar, président de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), qui a cru devoir commenter la situation interne en Algérie lors d’une conférence internationale tenue à Marrakech”, précise un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’étranger. Et de préciser que la déclaration de Mezouar “a soulevé des questionnements au niveau de la classe politique et de l’opinion publique quant à son timing et ses véritables motivations”.

Pour le chef de la diplomatie marocaine, la CGEM “ne peut se substituer au gouvernement de SM le Roi dans la prise de positions sur les questions internationales et notamment le développement dans ce pays voisin”, ajoutant que la position du royaume du Maroc à ce sujet est “claire et constante”.

“Le Royaume du Maroc a, en effet, décidé de s’en tenir à une attitude de non-ingérence par rapport aux développements en Algérie. Le Maroc s’abstient de tout commentaire à ce sujet. Il n’a ni à se mêler des développements internes que connaît ce pays voisin, ni à les commenter de quelque manière que ce soit”, souligne le communiqué. 

 

Quelques instants après ce blâme du département de Nasser Bourita,  Mezouar a envoyé cet e-mail à ses équipes dans lequel il annonce sa démission de ses fonctions de président, sans fournir quelconque motif ni explications, nous indique une source à la CGEM. 

Capture d'écran
CGEM

Invité à la première session plénière du World Policy Conference à Marrakech, Mezouar avait, devant un parterre de diplomates et responsables politique, salué “le mouvement pacifique” en Algérie, ces derniers mois, et s’était exprimé sur la situation politique du pays voisins, appelant “les militaires à partager le pouvoir”.