ALGÉRIE
11/04/2015 12h:29 CET | Actualisé 11/04/2015 16h:26 CET

La campagne "contre le vin" durcit, Chemseddine accuse Benyounès de mener une "guerre contre Dieu"

Facebook
Manifestation

"Benyounès mène la guerre à Dieu !". Le propos, lancé sur une chaine de télévision "privée" au statut de correspondant "étranger" reflète le durcissement de la campagne menée depuis plusieurs semaines contre la "libéralisation" de la vente des boissons alcoolisées.

Une campagne fortement appuyée et relayée par les télévisions privées et les journaux arabophones qui ciblent de manière directe Amara Benyounes, ministre du commerce, accusé de déverrouiller le dispositif mis en place par son prédécesseur pour entraver le commerce des boissons alcoolisées.

Amara Benyounes qui parait bien isolé a reçu l’appui d’Ali Hamani, président de l’Association des Producteurs Algériens de Boissons (APAB). Dans une déclaration rapportée par El Watan, il estime que le ministre du commerce n’a fait que supprimer une disposition prise de manière "illégale" par son prédécesseur.

Le ministère du Commerce n’a fait que remettre "de l’ordre dans la boutique" a indiqué le président de l’APAB en précisant que cela ne concerne que le commerce de gros car la "revente par les détaillants est toujours soumise à autorisation".

Mohamed Aissa marque sa distance

Maigre consolation pour le ministre du commerce dont la décision suscite l’embarras de son collègue des affaires religieuses, Mohamed Aissa qui tient avec une relative discrétion à marquer sa distance.

Tous les algériens, a-t-il déclaré savent que le vin (et par extension toutes les boissons alcoolisées – ndlr) est à la base de "tous les vices" et ils n'ont pas besoin d'un discours ou d'un guide sur le caractère "illicite de sa consommation et de sa vente".

Il a révélé, affirme Echourouk, qu'il a "blâmé" le ministre du commerce pour cette décision que le " ministre des affaires religieuses ne peut empêcher car relevant des seules prérogatives du ministère du commerce".

Mohamed Aissa est clairement dans l’embarras alors que la campagne contre la vente des boissons alcoolisées monte en intensité fortement soutenu par les télévisions privées qui ouvrent largement leurs antennes aux religieux de l’establishment et aux salafistes.

Une "prohibition" léguée par Hachemi Djaaboub

La campagne utilise également les réseaux sociaux comme cette page Facebook intitulée "Tous pour une Algérie sans vin". On a enregistré les premières manifestations publiques anti-vin (et anti-Benyounes), vendredi, à Mecheria et Ksar El Hirane.

Amara Benyounes est devenu la cible des islamistes et des conservateurs de l’establishment en décidant de ne plus faire valoir une instruction prise par son prédécesseur Hachemi Djaaboub (islamiste, membre du MSP) de soumettre l'activité du commerce de gros des boissons alcoolisées à une autorisation préalable.

L'instruction de Hachemi Djaaboub prise en 2006 se défaussait en fait sur les walis qui avaient la "latitude" de décider de l'octroi ou non de l'autorisation préalable. Les walis ne faisant pas usage de cette "latitude" pour éviter des contestations, l’instruction Djaaboub introduisait une "prohibition" de fait.

Le ministre du commerce a été la cible, en juin 2014, d'une campagne menée, par le très controversé salafiste Hamadache Zeraoui du ""Front de la Sahwa (éveil) Salafiste libre" qui l'accusait de vouloir accorder des autorisations pour l'ouverture des bars.

LIRE AUSSI :

Les salafistes en campagne contre Amara Benyounès accusé d'autoriser l'octroi de licences pour débits de boissons alcoolisées

Le rassemblement des salafistes contre l'alcool mobilise peu de monde (VIDÉO)

Une campagne qui n'a pas drainé les foules. A la différence de la campagne "solitaire" de Hamadache, en juin dernier, la nouvelle campagne contre la "libéralisation" de la vente du vin bénéficie d’une couverture médiatique intense et elle est relayée dans les mosquées.

L’OMC, le vin, le porc et la prostitution

Les salafistes et les imams cathodiques, tel Chemseddine, sont ouvertement en guerre contre le ministre du commerce et multiplient les attaques virulentes contre lui. Les islamistes accusent le ministre de s’attaquer aux "valeurs de la société" pour répondre aux exigences de l’organisation mondiale du commerce (OMC).

Sur Ennahar-TV, cheikh Chemessedine accuse Benyounes de mener la "guerre contre Dieu" et de vouloir faire tomber l’Algérie entre les mains du "lobby sioniste". Après le vin, l’OMC va exiger de libéraliser la "vente du porc" et après elle "exigera la libéralisation de la prostitution" a-t-il ajouté dans un discours enflammé.

La mobilisation "contre le vin" des "télévisions privées" algériennes, au statut encore flou mais en général très proches du pouvoir, intrigue. Sur les réseaux sociaux, certains ne sont pas loin d’y voir une manœuvre de diversion politique sur un thème où les démagogues ont la partie facile.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.