MAROC
28/05/2015 12h:07 CET | Actualisé 28/05/2015 12h:07 CET

Abdelillah Benkirane s'exprime sur l'implication des terroristes marocains dans l'attentat du Bardo à Tunis

Terrorisme : Abdelillah Benkirane, l'attentat de Tunis et les Français de souche

TERRORISME - Le nombre de Marocains impliqués dans des attentats ou projets d'attentats jihadistes reste "très limité", a affirmé jeudi le chef du Gouvernement marocain Abdelilah Benkirane après l'annonce de l'arrestation d'un deuxième Marocain suspect de l'attentat du Bardo à Tunis.

"Mettez-vous une chose dans la tête: les frontières, elles ne sont que politiques. Le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, tout ça c'est un même monde", a déclaré le chef de gouvernement marocain au terme d'une "réunion de haut niveau" franco-marocaine à Paris. "Et donc, que vous trouviez demain un Marocain, ou deux ou trois ou quatre quelque part là où il ne devrait pas être, c'est tout à fait normal", a-t-il fait valoir lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre français Manuel Valls.

M. Benkirane était interrogé sur l'annonce de l'arrestation à la frontière tuniso-libyenne d'un deuxième Marocain recherché pour son implication présumée dans le sanglant attentat du 18 mars contre le musée du Bardo à Tunis, ainsi que son avis quant à l'implication de citoyens marocains. "L'essentiel, c'est que le nombre de Marocains mêlés à ça, grâce à Dieu, mêlés à ce genre d'affaires, reste très limité", a-t-il dit.

"Nous sommes 35 millions de Marocains (...) Quand vous avez (aussi) des Français, excusez-moi d'utiliser le terme, 'de souche' (...) attiré par ce genre d'action, ne vous étonnez pas de trouver un Marocain", a également fait valoir le chef de Gouvernement marocain.

Selon des chiffres officiels marocains, environ 1.500 citoyens marocains ont rejoint les rangs d'organisations jihadistes comme le groupe Etat islamique. Les autorités marocaines ne masquent pas leur inquiétude face au phénomène, annonçant l'an dernier un renforcement du dispositif dans le royaume.

Retrouvez les articles du HuffPost Maroc sur notre page Facebook.