MAROC
29/02/2016 07h:55 CET | Actualisé 29/02/2016 12h:33 CET

Benkirane: "Mon parti me soutiendra si je venais à être réélu à la tête du gouvernement"

DR
Benkirane:

DISCOURS - Dimanche 28 février, le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a tenu une rencontre avec des supports de presse marocains. L'occasion de survoler plusieurs points relatifs, notamment, aux élections.

Contre-vérités diverses sur le seuil électoral

Alors que d'autres membres du Parti de la justice et du développement (PJD) tenaient un discours plus timoré sur la question, Abdelilah Benkirane a déclaré que son parti ne perdrait qu'entre 3 et 5 sièges au parlement si le seuil électoral venait à être abaissé à 3%, et que l'abaissement du seuil ne profitera pas aux petits partis politiques. D'une pierre, deux contre-vérités: un abaissement du seuil fera perdre bien plus que 5 sièges au PJD, et profitera certainement à quelques petites formations, mais pas toutes.

Retourner Chabat contre El Omari

Lors de la rencontre, Abdelilah Benkirane a adressé quelques messages au secrétaire général du Parti de l'Istiqlal (PI), dont "la carrière politique a failli prendre fin au lendemain des élections du 4 septembre, mais il a pu s'en sortir", selon le Chef du gouvernement. S'adressant à Hamid Chabat, Benkirane a également déclaré que "le courage n'est pas de s'attaquer au PJD, mais à ceux qui ont sorti l'Istiqlal du gouvernement", dans une allusion au Parti authenticité et modernité (PAM), qui a, selon Benkirane, manipulé le parti de la balance "pour qu'il s'oppose au PJD auquel il était allié."

Un second mandat? Oui, peut-être

À la question de savoir si son parti le soutiendrait s'il venait à être nommé Chef du gouvernement, avant le congrès qui verra, potentiellement, l'élection d'un nouveau secrétaire général du parti, Benkirane n'a pas laissé de place au doute: "notre parti se classera certainement premier lors des prochaines élections, et il n'y a pas de différend en interne, concernant ma possible nomination en tant que Chef du gouvernement" pour une seconde législature. La question se pose, car les statuts et le règlement intérieur du parti ne permettent pas au secrétaire général de briguer un troisième mandat. Alors que certains membres du parti jugent inenvisageable la modification des lois du internes du PJD, pour permettre à Benkirane de rempiler à la tête du parti, le Chef du gouvernement a déclaré, durant la rencontre, qu'il "se pliera aux décisions de la direction" du PJD, qui a décidé du report du congrès du parti pour permettre à Benkirane de disputer les législatives.

LIRE AUSSI:Elections: Benkirane rencontre les dirigeants des partis politiques marocains

Galerie photo Les hommes politiques votent aussi Voyez les images