MAROC
08/04/2019 12h:18 CET

Benjamin Netanyahou promet d'annexer la Cisjordanie en cas de victoire

À la veille des législatives israéliennes, sa dernière promesse électorale fait polémique.

MENAHEM KAHANA via Getty Images

ISRAEL - Dernière ligne droite, dernières promesses électorales. Mardi 9 avril, les Israéliens seront appelés aux urnes pour élire les 120 députés de leur parlement, la Knesset. À la veille de cette date cruciale, le Premier ministre sortant, Benjamin Netanyahou, tente de rallier ses troupes à sa cause. Lors d’une interview accordée à la chaîne israélienne Channel 12, il a déclaré qu’il “commencera à étendre la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie s’il est réélu Premier ministre aux élections législatives du 9 avril”, rapporte le quotidien israélien Haaretz. Une promesse qui, souligne le journal de centre gauche, aurait pour but d’attirer les électeurs d’extrême-droite. 

Dans cette même déclaration, le Premier ministre a notamment affirmé qu’un État Palestinien serait un “danger” pour l’existence d’Israël. Il a déclaré également qu’une annexion éventuelle se ferait sans distinction entre les grands blocs de colonies et celles isolées: “chaque colonie est israélienne et je ne la remettrai pas à la souveraineté palestinienne”, rapporte la même source.

MENAHEM KAHANA / AFP / Getty Images
Un partisan du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou portant un masque sur le visage du président américain Donald Trump, défile avec une pancarte indiquant "le gardien d'Israël" en hébreu et un portrait électoral du Parti du Likoud de Netanyahou, le long d'une allée du marché Machane Yehuda à Jérusalem, le 7 avril 2019. (AFP)

Une annonce “irresponsable”

Des propos aussitôt dénoncés par l’autorité palestinienne. Comme le rapporte l’AFP, Saëb Erakat, haut dirigeant de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a affirmé sur Twitter que cette annonce n’était “pas surprenante”:

“Israël continuera de violer ouvertement le droit international aussi longtemps que la communauté internationale continuera de récompenser Israël en toute impunité”, affirme-t-il dans ce post.

L’annonce est par ailleurs jugée “irresponsable” par Benny Gantz, chef du parti centriste Hosen L’Yisrael et meneur de la coalition Kahol Lavan (Bleu-blanc), principal rival du Likoud aux élections législatives, rapporte l’AFP. Ce dernier remet clairement en cause cette promesse électorale, se demandant pourquoi Benjamin Netanyahou n’a pas annexé la Cisjordanie au cours de ses 13 années à la tête de l’État israélien, poursuit l’agence de presse.

D’ailleurs, comme le rapporte Haaretz, Benjamin Netanyahou aurait bloqué trois fois au parlement des lois portants sur l’annexion de la Cisjordanie l’année dernière.

L’idée d’une annexation de la Cisjordanie semble cependant déjà avoir fait son chemin auprès d’une partie de l’opinion publique israélienne, y compris dans les rangs de ceux en faveur de la solution à deux États. En mars dernier, un sondage de ce même journal révélait que 42% des Israéliens sont favorables à l’annexion de la Cisjordanie.