MAROC
28/02/2019 11h:43 CET

Benjamin Netanyahou pourrait être inculpé pour corruption "dans les prochaines heures"

Une annonce qui intervient quelques semaines avant les élections législatives.

Alexei Druzhinin via Getty Images

ISRAEL - Alors que les élections législatives en Israel entament leur dernière ligne droite, un imprévu de dernière minute pourrait faire dérailler la campagne du Likoud, parti majoritaire. En effet selon le journal israélien Haaretz, le Premier ministre, Benjamin Netanyahou, serait sur le point d’être inculpé pour une des trois charge pesant sur lui, “l’affaire 4000”.

Le Premier ministre est en effet soupçonné d’avoir fait des “concessions réglementaires” à Shaul Elovitch, président de Bezeq Telecommunications, “en échange d’une couverture favorable à Netanyahou sur son site d’information” rapporte Haaretz

Une affaire qui vaudrait à Netanyahou d’être inculpé pour “corruption, fraude et abus de confiance”.

Ce dernier est également soupçonné d’avoir reçu des cadeaux d’un milliardaire contre des faveurs ou encore d’avoir collaboré avec l’éditeur du journal Yedioth Ahronoth pour affaiblir une publication concurrente, contre des articles favorables au pouvoir, rapporte Times of Israel.

Tentative de bloquage du Likoud

Une annonce que le Likoud tente désespérément de bloquer, ou du moins retarder, rapporte Haaretz. Le parti accuse en effet le procureur général d’Israel Avichai Mandelblit “d’évidente intervention dans les élections”. Ils dénoncent également “la tentative d’influence de brutes gauchistes ces trois dernières années, avec l’intention de renverser un gouvernement de droite et remporter les élections, mais pas grâce aux urnes”.

Une inculpation qui pourrait intervenir presque deux mois avant les élections législatives en Israel, qui auront lieu le 9 avril prochain. Si le Likoud et ses alliés d’extrême-droite étaient d’abord donnés favoris, ces derniers sont rattrapés dans les sondages par le parti de Centre-droite de Benny Gantz, ancien chef d’Etat major de l’armée israélienne. 

Contexte tendu

Selon le Journal du dimanche, ce dernier s’est allié au leader centriste Yair Lapid dans une alliance qui pourrait faire “chuter” la coalition de Benjamin Netanyahou. Selon la même source, aux derniers sondages, ces derniers sont crédités de 36 sièges au parlement israélien contre 26 pour le Likoud. Cependant, comme le précise le journal français, “même s’ils sortaient en tête des suffrages, les deux leaders centristes ne sont toutefois pas assurés de devenir, en alternance, chef du gouvernement”.

Du côté des alliés de Netanyahou, notamment parmi l’extrême-droite, la théorie du complot prend le dessus. Comme le rapporte Haaretz, 75% des ultra-orthodoxes interrogés considèrent que le Premier ministre est victime d’une tentative des institutions judiciaires pour le renverser, contre 60% des électeurs du Likoud.

Comme le rapporte le Journal du dimanche, “rien n’oblige Netanyahou de démissionner en cas d’inculpation.” Actuellement en visite en Russie, il pourrait écourter son voyage et retourner en Israel face à l’annonce.