MAROC
30/05/2019 14h:25 CET | Actualisé 30/05/2019 14h:57 CET

Benjamin Netanyahou échoue à former une coalition, la Knesset dissoute

Les Israéliens rappelés aux urnes moins de deux mois après les élections.

ASSOCIATED PRESS

ISRAEL - Moins de deux mois après les élections législatives, les Israéliens sont renvoyés sur le chemin des urnes. La Knesset (parlement israélien) a en effet voté mercredi, pour la première fois de son histoire, sa dissolution et l’organisation d’une nouvelle élection, rapporte Haaretz.

Une décision qui fait suite à l’incapacité du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, de former une coalition après la victoire de son parti aux dernières législatives.

Une impasse provoquée par les tensions entre deux partis, celui de la droite nationaliste laïque, le Yisrael Beiteinu d’Avigdor Lieberman et le mouvement religieux des hassidiques de l’United Torah Judaism.

Les deux partis s’écharpent en effet depuis plusieurs années sur un sujet polémique pour les plus religieux en Israel, l’exemption du service militaire accordé aux étudiants des yeshivas (écoles talmudiques). 

Ainsi pour Avigdor Lieberman, le vote sans amendements d’une loi imposant le service militaire, obligatoire en Israel, aux élèves de ces établissements était la condition sine qua non pour rejoindre une coalition.

L’UTJ de son côté s’est formellement opposé à tout vote sans amendements. Résultat, impossible pour Netanyahou de former une coalition.

La guerre des mots est déclarée

Entre les deux anciens alliés, Netanyahou et Lieberman, la guerre des mots est déclaré. Comme le rapporte l’AFP, le Premier ministre israélien a qualifié cette situation de “kafkaienne” et a accusé son ancien ministre de la Défense d’avoir fais “tomber le gouvernement”. “Lieberman appartient désormais à la gauche” a-t-il déclaré.

Lieberman a, de son côté, lors d’une conférence de presse, répondu que la version des faits partagée par le Likoud ne pourrait être rationalisée sans “l’aide d’un psychiatre agréé”, rapporte Haaretz.

“On s’est servi de manière cynique de la loi sur la conscription pour semer la confusion dans l’esprit du public, inciter à la haine contre les ultra-orthodoxes et marquer des points”, a de son côté affirmé le leader ultra-orthodoxe Yaakov Litzman, cité par l’AFP. 

Les nouvelles élections devraient se tenir le 17 septembre, soit deux semaines avant les audience préalable à la mise en accusation de Benjamin Netanyahou, le 2 et 3 octobre, rapporte Haaretz. Ce dernier est en effet mis en cause dans plusieurs affaires de corruption.