ALGÉRIE
27/05/2014 18h:17 CET | Actualisé 29/05/2014 17h:12 CET

Algérie: La ministre de l'Education Nouria Benghebrit sous le feu!

HuffPost Algérie
Algérie: La ministre de l'Education Nouria Bengherbirt sous le feu!

Désignée le 5 mai dernier au très lourd poste de ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, s’est retrouvée immédiatement sous le feu. Certains journaux relayant des posts sur les réseaux sociaux lui prêtant – à tort d’ailleurs - des origines juives, l’ont immédiatement placée, dans la case de "l’ennemie".

A peine cette polémique dépassée, c’est la maîtrise, jugée faible, de la langue arabe qui a été mise en avant, sur le mode de la "ministre de l’Education" qui ne sait pas parler la langue "nationale officielle". Des vidéos où la ministre s’exprime, assez laborieusement mais avec un effort méritoire, ont été postées comme "preuve" du crime de lèse-langue nationale.

Le dernier procès qu’on lui fait est qu’elle aurait enclenchée une "purge" au ministère de l’Education. Nouria Benghebrit aurait "coupé les têtes de 13 cadres au ministère de l’Education sous le prétexte qu’ils ont atteint l’âge légal de la retraite", fulmine le journal Echourouk.

Une purge, quelle purge ?

Le journal l’Expression qui se fait le défenseur de la ministre semble confirmer l’idée d’une purge en écrivant que "Mme Benghebrit a commencé le grand ménage dans le turbulent ministère de l'Education". Des "rentiers sont en train d'être "liquidés" les uns après les autres".

Déterminée, elle a commencé à opérer des mises à la retraite de certains "dinosaures" et à la nomination en parallèle d'un nouveau "personnel d'encadrement plus jeune et dynamique". Pourtant, une source sure au ministère de l’Education, affirme que la ministre n’a pas fait de "purge". "Il y a bien eu des cadres qui ont été mis à la retraite mais par son prédécesseur, Abdelatif Baba Ahmed, qui n’a fait qu’appliquer la circulaire (n°236 du 27 juillet 2013) du Premier ministre Abdelmalek Sellal, sur la mise en œuvre des dispositions relatives au départ à la retraite. "Il n’y a pas de purge" affirme un cadre du secteur. "Cette campagne n’a pas de sens, elle porte sur des thèmes qui n’ont rien à voir avec l’essentiel, celui de la piètre performance du secteur éducatif" note notre source qui estime le secteur "non-réformable" sans une entente avec les syndicats.

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.