MAROC
26/12/2018 18h:23 CET

Benchamach remonté contre les "brebis galeuses" de son parti

Certains ont appelé à dissoudre les bureaux politique et fédéral du parti.

PAM.ma

PARTIS - Hakim Benchamach n’est pas satisfait de la situation interne dans laquelle se trouve son parti, et pousse un coup de gueule bien avant de souffler sa première bougie à la tête du PAM. Avec les membres du bureau politique, il a tenu, hier, une réunion à l’issue de laquelle le parti a publié, ce mercredi, un communiqué.

Le secrétaire général y dénonce ce qu’il appelle “le comportement errant et contredisant complètement le choix d’institutionnaliser le parti et d’activer la démocratie interne dans l’élection de ses structures”. Son message, il l’adresse aux “brebis galeuses” de son parti, à “ces quelques membres très limités”, assure-t-il, qui “ont appelé à dissoudre les bureaux politique et fédéral et à se préparer à organiser un congrès exceptionnel”.   

Un acte anti-démocratie interne, estime le patron du PAM, précisant que les bases du parti refusent catégoriquement parce qu’il est “simplement nourri par une idéologie putschiste contre la légitimité démocratique”. 

Le secrétaire général du PAM ne veut pas qu’on lui plante un couteau dans le dos, et met en garde contre toute prise de décision en dehors des canaux du parti et qui voudrait se passer de leur aval. “Les institutions du parti sont les seules à disposer des pleins pouvoirs légaux pour s’acquitter de leurs fonctions, conformément aux règlements de base et internes, de prendre les décisions de structurelles relatives au parti”, souligne-t-il dans ce communiqué. 

Tout agissement hors statut et règlement relève d’un “charlatanisme”, s’insurge-t-il, précisant que toute recommandation issue de réunions illégalement tenues “ne concerne en rien le parti”. Sa priorité, à présent, concerne l’organisation du conseil national du PAM et sur ce point, Benchamach a demandé à sa présidente, Fatima-Zahra Manssouri, de s’y atteler. Le conseil devra se tenir dans un délai ne dépassant pas un mois, ajoute le communiqué. 

D’autres réunions sur un niveau régional et parlementaire sont par ailleurs prévues les 5 et 13 janvier.