TUNISIE
30/11/2018 13h:51 CET | Actualisé 02/12/2018 18h:30 CET

BCE s'en prend à Ennahdha: la guerre est déclarée?

"Je considère le récent communiqué d’Ennahdha comme une menace à mon encontre," lance BCE.

Des signes de “guerre politique” entre le président de la République, Béji Caïd Essebsi, et le mouvement Ennahdha se profilent après son dernier discours prononcé, jeudi, à la réunion du Conseil de sécurité nationale.

En effet, contrairement à la tradition, le Chef de l’Etat a préféré cette fois-ci prononcer un discours avant la tenue du Conseil pour mettre les points sur les i.

“Je reçois toute personne qui me sollicite et je ne suis pas responsable de ses déclarations,” souligne-t-il en faisant allégation aux propos du comité de défense de Belaïd et Brahmi formulés à la suite de sa visite.

En fait, trois avocats du comité de défense de Belaïd et Brahmi sont venus le voir récemment et lui ont remis un grand recueil de documents et de preuves, solidement étayés pointant du doigt le mouvement Ennahdha et dévoilant l’existence d’une organisation secrète . “Je ne peux pas fermer les yeux sur cela,” réplique-t-il. 

Des révélations qui visiblement n’ont pas été digérées par Ennahdha qui a publié dans la foulée un communiqué de presse appelant le président de la République à rester neutre et ne pas se mêler de cette affaire. 

“Je considère le récent communiqué d’Ennahdha comme une menace à mon encontre,” martèle-t-il en adressant un coup de semonce sans précédant pour le mouvement. 

 Sans mâcher ses mots, le président de la République a  évoqué l’existence d’un appareil secret du mouvement Ennahdha qui, selon lui ,n’est plus secret puisque tout le monde en parle. 

Ennahdha réagit

 Face à cette tourmente, la réaction d’Ennahdha est venue de la part du président du bloc parlementaire Noureddine Bhiri. Intervenant sur les ondes d’Express Fm, ce dernier a estimé que le discours du Président de la République est purement politique et non adressé au Conseil de sécurité nationale. “Si l’orateur est fou, l’auditeur doit être sage,” lance-t-il en précisant que son parti envisage de tenir très bientôt une réunion pour examiner les dernières déclarations de Béji Caïd Essebsi et formuler la position officielle du parti face à cette situation.

 

Il est à rappeler que le comité de défense de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi a tenu en début de mois d’octobre une conférence de presse, durant laquelle il est revenu sur les circonstances de l’assassinat des deux militants de gauche, sous le thème: “L’organisation spéciale du mouvement Ennahdha après la révolution et sa relation avec les assassinats politiques: Des vérités révélées pour la première fois”.

Pointant du doigt le rôle joué par Ennahdha dans ces assassinats et présentant de nombreux documents, le comité de défense a mis en exergue l’implication de Mustapha Khedher, un militant d’Ennahdha, chez qui plusieurs documents relatifs à ces affaires auraient été retrouvés chez lui.

Le comité de défense a également affirmé qu’un appareil sécuritaire propre à Ennahdha a été mis en place par celle-ci, chargé d’espionner plusieurs personnalités politiques tunisiennes mais également des ambassades étrangères.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.