MAROC
21/05/2019 13h:12 CET

Beauté factice

"Faux cils, lentilles de couleur, faux ongles... En acceptant de porter du faux, ces jeunes filles ne contribuent-elles pas à perpétuer le carcan dans lequel la femme arabe est emprisonnée?"

recep-bg via Getty Images

Dans une salle d’attente, j’ai lu cette annonce dans un magazine marocain datant de fin 2018:

“Offre promotionnelle ‘spécial mariée’

Le salon de coiffure/esthétique […] offre aux jeunes mariées coiffure et maquillage de professionnel au prix promotionnel de [xxxx] dirhams. L’offre comprend :

  • Epilation

  • Soin éclaircissant du visage

  • Maquillage de professionnel

  • Faux cils

  • Faux ongles

  • Lentilles de couleur

  • Coiffure et faux chignon”

La publicité est étonnante. L’objectif est simple: promouvoir un produit, faire vendre un produit. Mais au-delà de cet objectif si simple en apparence, que de vérités se dessinent en filigrane et que d’interrogations s’imposent!

Pour un salon de coiffure, c’est une question de marketing, de promotion d’un produit et d’un service. Une séance de soins esthétiques, de maquillage et de coiffure à XXXX dirhams. Quatre chiffres s’il vous plaît! Le salaire mensuel de milliers de citoyens marocains, ceux qui ont la chance d’avoir un salaire mensuel!

Peu importe! On peut bien se permettre ce genre de dépenses le jour du mariage. On ne se marie pas tous les jours!

Que ce salon offre un maquillage de professionnel aux jeunes mariées, rien à dire. Toute jeune fille doit briller de beauté le jour de son mariage. Depuis la nuit des temps, on maquille les mariées pour “rehausser” leur beauté naturelle, que ce soit chez nous ou ailleurs! Mais de là à vendre l’illusion aux jeunes mariées, il y aura quelque chose à dire!

Soin éclaircissant du visage comme si le teint clair était un critère de beauté irréfutable! Lentilles de couleur donnant la couleur bleue ou verte aux yeux noirs ou marron comme si les yeux noirs ou marron étaient un moins! De faux cils dont on devine l’artificialité aisément comme si les cils naturels étaient un autre moins! De faux ongles comme si les ongles naturels allaient porter atteinte à de la mariée!

Mais bon! Un salon de coiffure/esthétique a le droit de proposer ce qu’il veut à ses clientes après tout.

Là où le bât blesse, là où ce genre d’annonce fait mal, là où ce genre d’annonce en dit long sur notre société, se résume en la question suivante:

Y a-t-il des jeunes filles marocaines qui se prêteraient à ce déguisement le jour de leur mariage? Y a-t-il des jeunes filles marocaines qui ne se contenteraient pas du maquillage et qui accepteraient, le jour de leur mariage, de porter de faux cheveux, de faux cils, de faux ongles et des lentilles de couleur?

Réponse: il y en a, c’est sûr!

C’est la gérante d’un salon de coiffure/esthétique à qui j’ai posé la question qui le dit. Elle me regarda d’un air étonné et sourit de la naïveté de ma question! “Aujourd’hui, un grand nombre de jeunes filles portent du ‘faux’, non seulement quotidiennement mais aussi le jour de leur mariage!”

La réponse tomba tel un couperet!

Mais enfin, jusqu’à quand nos jeunes filles continueront-elles à considérer la beauté physique comme l’atout le plus important pour se faire valoir? Jusqu’à quand des jeunes filles se prêteraient à ces maquillages trompeurs? Jusqu’à quand des jeunes filles aisées s’adonneront-elles à des opérations chirurgicales d’esthétique pour améliorer l’aspect d’un nez ou d’une lèvre dont elles ne sont pas contentes ou pour rendre des fesses plus rondes et des seins plus volumineux? Jusqu’à quand d’autres jeunes filles moins aisées se procureront-elles des accessoires pour donner plus de volume à des parties de leurs corps ou pour implanter les fameuses extensions dans leurs cheveux?

Au 21ème siècle, il me semble qu’on devrait bien s’émanciper de ces idées bien bornées. Au 21ème siècle, il me semble que nos jeunes filles doivent avoir des notions d’elles hautement plus édifiantes que la beauté physique, surtout si cette beauté physique est factice.

“Et parmi ces jeunes mariées qui portent du faux, de nombreuses cadres!”, ajouta la gérante du salon de coiffure.

Est-ce ainsi qu’on changera l’image que l’on se fait de la femme, l’image qui la réduit à une créature qui doit obligatoirement être belle, l’image qui la chosifie et l’ancre en tant que bel objet de jouissance sexuelle? En acceptant de porter du faux, ces jeunes filles ne contribuent-elles pas à perpétuer le carcan dans lequel la femme arabe est emprisonnée?

Et puis, ces jeunes mariées, qui veulent-elles tromper? Sûrement pas leurs époux. De nos jours, les mariés se connaissent bien avant le mariage et il me semble qu’on ne porte ni faux cheveux ni faux cils ni lentilles de couleur dans la chambre nuptiale! (Je sais, il y a également le faux hymen, mais c’est une autre dimension du problème).

Ce sont donc les invités à la fête du mariage qu’on veut tromper? Là non plus, on ne peut le dire. Ils connaissent presque tous la mariée! Pourquoi du “faux” alors?

Ces questions m’ont rappelé la grande Nawal Saadaoui qui a passé sa vie à dire qu’elle rêvait d’un monde où aucune femme ne se maquillerait et où toutes les femmes se montreraient toujours avec “un visage lavé” selon sa célèbre expression! J’aurais aimé être aussi courageuse et aussi radicale qu’elle. J’aurais aimé effectivement que toutes les femmes puissent avoir le courage (car c’est du courage!) de se montrer sans un grain de maquillage, mais restons réalistes! Ce serait sûrement impossible!

Donc, dans l’impossibilité de convaincre la gent féminine de se passer de maquillage, qu’elle se respecte au moins en refusant de porter du faux pour faire croire à une beauté qu’elle n’a pas! Qu’elle fasse comprendre à la gent masculine - si cette dernière a vraiment de l’importance à ses yeux - que sa beauté physique n’est pas son seul souci, sa seule préoccupation, ni son seul atout!

Jeunes marocaines, à vous la parole! A vous d’agir!