03/02/2016 08h:08 CET | Actualisé 03/02/2016 08h:08 CET

La banque mondiale se penche sur le business de l'agriculture au Maroc

AFP
La banque mondiale se penche sur le business de l'agriculture au Maroc

AGRICULTURE - Déterminer les points forts et les points faibles du secteur de l'agriculture dans 40 pays dans le monde. C'est l'objectif d'un rapport publié fin janvier par la banque mondiale, intitulé "Enabling the Business of Agriculture: Comparing regulatory good practices".

Une publication qui entend "permettre aux décideurs d'identifier et d'analyser la législation en matière d'agriculture et de quantifier le coût des transactions en fonction des régulations des gouvernements étudiés" comme l'explique l'institution internationale dans son introduction.

LIRE AUSSI:Liberté économique: Le Maroc continue de s'améliorer selon un think-tank américain

Sur les 40 pays analysés pour cette édition 2016, la banque mondiale a choisi de faire une étude poussée sur une dizaine de nations, dont le Maroc. Les données utilisées pour cette étude sont arrêtées au 31 mars 2015.

Forte régulation des graines et des marchés

Sur les six facteurs pris en compte par la publication, le Maroc marque des points dans le secteur des graines, avec un score de 85.9 sur 100. Ce qui place le royaume au dessus de la moyenne des pays étudiés, la Russie n'étant par exemple qu'à 67.0. Cet indicateur mesure l’évaluation, la mise sur le marché et le contrôle des nouvelles espèces de graines mises sur le marché.

Un "secteur clé" pour augmenter la productivité selon la banque mondiale: "une bonne régulation du secteur des graines permet de s'assurer que les lois et les régulations ne viendront pas retarder l'introduction de variétés améliorées sur le marché" indique la banque mondiale.

En ce qui concerne les marchés, le Maroc obtient sa deuxième meilleure note, soit 72.3 sur 100. Ce facteur détermine la production du pays ainsi que le volume de ses ventes.

Fertilisants et machineries: le Maroc peut mieux faire

Le constat est cependant moins positif en ce qui concerne les fertilisants. Au sujet de leur régulation, importation, et contrôle, le Maroc n'obtient que 50.4 sur 100.

Enfin, la qualité de la machinerie est également remise en question par la banque mondiale. Le Maroc n'obtient que la note de 52. Ce facteur prend en compte les obstacles auxquels doivent faire face les importateurs de tracteurs, mais aussi le non-respect des standards de sécurité dans l'utilisation des tracteurs.

Le secteur de l'agriculture au Maroc est actuellement touché par le retard des pluies, qui met donc en péril la saison agricole. Le Haut commissariat au plan (HCP) prévenait récemment que l'économie du pays devrait connaître un ralentissement suite à la baisse de la production agricole. Un plan de lutte contre la sécheresse doté de 5 milliards de dirhams a récemment été lancé par le gouvernement marocain.

LIRE AUSSI:

Galerie photo Les produits du terroir marocain Voyez les images