23/07/2019 17h:08 CET | Actualisé 23/07/2019 17h:08 CET

BAM: De plus en plus de femmes ouvrent des comptes bancaires

Parallèlement, la dette bancaire des ménages s'est accrue.

Rafael Marchante / Reuters

ÉCONOMIE - Le nombre de comptes bancaires a enregistré une hausse de 4,7% à environ 27 millions en 2018, indique Bank Al-Maghrib (BAM) dans la 15ème édition de son rapport annuel sur la supervision bancaire. 

Ce rapport fait aussi état d’une augmentation des comptes ouverts par les banques participatives à environ 56.000 contre 27.000 comptes à fin 2017.

Davantage de femmes ouvrent des comptes bancaires

Par ailleurs, BAM relève que le nombre de particuliers ayant au moins un compte bancaire, rapporté à la population adulte, a progressé de 4 points, d’une année à l’autre, atteignant 60%, précisant que par genre, ce taux ressort à 40% pour les femmes et 77% pour les hommes, contre 37% et 77% respectivement à fin 2017.

S’agissant de la répartition par tranche d’âge, elle fait ressortir que 24% des personnes âgées de 15 à 24 ans détiennent un compte bancaire contre 23% en 2017. Cette proportion atteint 69% pour les personnes de 25 à 59 ans, et se situe à 83% pour les personnes âgées de plus de 60 ans.

Le rapport fait également savoir que le nombre de cartes bancaires a progressé de 7,2% pour atteindre 15,1 millions en 2018, dont l’essentiel continue d’être utilisé pour des opérations de retrait. 

Hausse de 3,8% du nombre de GAB

Cette évolution du réseau bancaire physique s’est accompagnée par l’élargissement du parc des guichets automatiques bancaires (GAB) de 264 nouveaux guichets pour s’établir à 7.289 unités en 2018, soit un taux de progression de 3,8%.

Au cours des dernières années, les banques ont déployé des GAB multi-services effectuant un certain nombre d’opérations de banque au quotidien qui nécessitaient habituellement le passage aux agences telles que les dépôts de chèques et d’espèces, rappelle BAM, notant que le déploiement de ces GAB multiservices a atteint 350 unités en 2018, soit 4,8% du parc. 

La dette bancaire des ménages se creuse

BAM a dévoilé, par ailleurs, le chiffre de l’encours de la dette bancaire des ménages, qui s’est élevé à 342 milliards de dirhams à fin 2018, marquant une hausse de 6,1% contre 4,4% en 2017. Cette évolution est justifiée aussi bien par la hausse des prêts à l’habitat que des crédits à la consommation, souligne le rapport de BAM, notant que cet encours, qui comprend la dette contractée auprès des établissements participatifs sous forme de “Mourabaha”, a représenté près de 36% des concours des établissements de crédit, soit au même niveau qu’une année auparavant. 

Le niveau d’endettement moyen par ménage, lui, s’est établi à 42.500 dirhams, contre 41.000DH une année auparavant, relève la même source, ajoutant que la part du crédit à la consommation dans l’endettement bancaire des ménages s’est maintenue à 36% et celle du crédit à l’habitat à 64%.