MAROC
12/11/2015 07h:19 CET

Patrimoine caché: Les révélations de "Mediapart" sur le riad des époux Balkany à Marrakech

Patrimoine caché: Les révélations de

JUSTICE – Nouvelles révélations dans l’affaire du riad de Patrick et Isabelle Balkany, couple politique français au cœur d’une enquête pour blanchiment de fraude fiscale. Selon le journal d’investigation Mediapart, des documents obtenus par des juges et policiers français avec l’aide des autorités marocaines pourraient bien prouver que le riad "Dar Gyucy" à Marrakech a été acheté par les époux Balkany.

Alors que, selon l’enquête, l’ancien directeur de cabinet de Patrick Balkany, Jean-Pierre Aubry, mis en examen, "est l’ayant droit économique des montages acrobatiques liés à la villa de Marrakech, qui passent par Genève et le Panama avant d’atterrir au Maroc", ce dernier pourrait bien ne pas être le vrai propriétaire du riad.

LIRE AUSSI:La villa du couple Balkany à Marrakech saisie par la France

Des initiales sur un peignoir

Des perquisitions menées dans cette immense villa en juin dernier ont notamment permis aux enquêteurs de découvrir "un peignoir brodé des initiales “PB” (comme Patrick Balkany), un cahier à spirales surmonté du logo de la ville de Levallois-Perret (dont M. Balkany est le maire, ndlr), des caisses de vin annotées “Patrick Balkany” ou “PB”, et toute une série de livres dédicacés par leurs auteurs à l’attention des plus célèbres époux {du département} des Hauts-de-Seine", écrit Mediapart.

Des auditions menées auprès de l’ancien propriétaire de la villa, un certain Mohammed B., ainsi qu’auprès de la gestionnaire du riad, ont également permis aux enquêteurs de découvrir que les époux Balkany étaient présents lors des négociations pour la vente de la maison, et que le soi-disant propriétaire du riad, M. Aubry, ne logeait pas dans celui-ci lorsqu’il se rendait à Marrakech mais… à l’hôtel.

Virement accablant

Autre document suspect: un avis de virement de 41.000 euros réglés depuis un compte à Singapour par le biais d’une société-écran de Genève, pour l’achat et la livraison de meubles pour la villa de Marrakech. Le nom d'Isabelle Balkany figure, écrit en manuscrit, sur la facture.

Le 13 août dernier, la justice française avait ordonné la saisie de la villa de Marrakech qui aurait fait l'objet d'un financement opaque de près de 3 millions d'euros via des sociétés-écrans. C'est la troisième maison des époux Balkany saisie par la justice.