MAROC
06/06/2018 14h:24 CET

Bac 2018: Des personnes ayant diffusé des épreuves déférées devant la justice

Les cas de fraude sont globalement en légère baisse pour cette première journée.

AIC Press

BACCALAURÉAT - Si le premier jour de la session ordinaire des examens du baccalauréat 2018 s’est déroulé “dans de bonnes conditions”, selon les propres termes du ministère de l’Éducation nationale, les cas de fraudes n’en ont pas moins perduré cette année encore, indique ce mercredi un communiqué émanant du département de Said Amzazi.

Pour cette première journée d’épreuves, se sont ainsi 751 cas de fraude qui ont été répertoriés, contre 856 enregistrés durant le premier jour de la session 2017, soit une baisse de 11,23% par rapport à l’année précédente.

Les cellules de vigilance et de suivi ont procédé, en un temps record et en coordination avec les services de la sûreté, à l’identification des personnes impliquées dans la publication de copies des épreuves sur les réseaux sociaux après le démarrage des examens, poursuit la même source. Le ministère indique que certaines des personnes identifiées ont été arrêtées et déférées devant la justice, sans toutefois préciser leur nombre. 

Le ministère rappelle que ce sont hier 333.551 candidats qui ont entamé les épreuves du baccalauréat, soit un taux de présence de 98,43%. Le taux est en revanche plus faible pour les candidats libres (59,85%) qui étaient 52.054 à avoir répondu présent.

Cette année, en plus de la loi anti-triche adoptée en 2017, le gouvernement a annoncé la mise en place de six mesures contre les fraudeurs.