MAROC
04/10/2018 12h:22 CET | Actualisé 04/10/2018 12h:46 CET

Avec sa nouvelle web série, Jawjab veut lever le tabou des règles dans la société marocaine

There will be blood...

JawJab/Camelia Kadroui

FEMMES - En ce mois d’octobre, Jawjab propose un nouveau programme saignant! L’incubateur de talent, filiale d Ali n’ Prod, lancé en 2016, propose une nouvelle série courte baptisée “First blood”. Malgré ce titre et une sortie en octobre, il ne s’agit pas d’un programme d’horreur mais d’un sujet bien plus tabou dans la société marocaine que le gore et le surnaturel, les règles.

Avec “First Blood”, Jawjab a ainsi donné la parole à de jeunes dessinatrices marocaines, Camelia Kadraoui, Sara El Khattabi, Zainab Fasiki... qui a cette occasion ont dessiné et monté leurs créations. Chacune a raconté dans ces courts-métrage le jour de leur premières règles, leurs réactions et celles de leur entourage.

Les règles, un sujet encore difficile à aborder dans certains foyers et quasi-impossible en public. Comme le fait remarquer une des dessinatrice, Sara El Khattabi, dans un communiqué, aujourd’hui encore, l’épicier enroule le paquet de serviettes hygiéniques dans du papier journal avant de le mettre dans un sachet bien noir, comme pour camoufler encore davantage un sujet déjà bien discret. 

L’humour en règle

“Le seul moyen d’évoquer un sujet aussi sérieux, c’est d’en rire. On rit de nous-mêmes, de nos anecdotes communes voire même de nos moments difficiles. C’est notre seule arme pour décomplexer des sujets graves et casser les stéréotypes”, affirme Rita el Quessar, créatrice du projet.

Le premier épisode, diffusé le 2 octobre, est celui réalisé par la jeune dessinatrice Camelia Kadraoui. Cette dernière y raconte avec humour la peur ressentie ce jour là, mais aussi la réaction compréhensive de son entourage:

“À travers les témoignages de quatre femmes, First blood aborde la thématique des premières menstruations sans jugement, ni gravité. Ici, la parole féminine prime. Chacune est invitée à s’exprimer sur ce sujet durant une minute, sans interruption. Un parti-pris féministe qui s’applique également dans le choix des dessinatrices chargées d’illustrer les propos via des dessins animés”, explique Youssef Ziraoui, Directeur général du studio créatif JAWJAB et producteur de First Blood.

La parole aux femmes

La série cherche ainsi à lancer une discussion sur le thème, tout en touchant un public jeune, adolescent ou pré-adolescent, directement concerné  par ce sujet.

Ce n’est pas la première fois que le thème des femmes est au centre d’un projet de la société de production. Au printemps dernier, “Marokkiates”, réalisé par Sonia Terrab, a fait le buzz sur les réseaux sociaux, au Maroc comme à l’étranger. Dans ce programme court, la réalisatrice interrogeait des casablancaises sur leur place de femmes dans la société marocaine.

Quelques jours avant la diffusion de “First Blood”, Jawjab dévoilait également les dernières images de “Koun”, une nouvelle série “où des femmes évoquent les problématiques liées à leur corps et sa perception dans la société marocaine”.