MAROC
24/10/2018 10h:34 CET

Avant d'être assassiné, XXXTentacion avait reconnu les violences pour lesquelles il était poursuivi

Dans un enregistrement audio, le rappeur admettait avoir poignardé 8 personnes et tabassé une ancienne petite amie enceinte.

MIAMI HERALD VIA GETTY IMAGES

MUSIQUE - Sa mort en a fait une icône dans le cœur de ses fans, un jeune homme tout juste sorti de l’adolescence et disparu bien trop vite pour beaucoup d’autres. Mais avant d’être assassiné par balles, le 18 juin dernier en Floride, le rappeur XXXTentacion était poursuivi pour des faits gravissimes. Et ce 23 octobre, le média musical de référence Pitchfork dévoile des informations sans équivoque.

En septembre 2017, c’est déjà sur ce site qu’avaient été résumées les 142 pages accablantes du témoignage d’une ancienne petite amie de l’artiste. Dans un récit absolument glaçant, la jeune femme racontait à la police comment XXXTentacion, ou Jahseh Onfroy à l’état civil, l’avait séquestrée, frappée, menacée de mort, torturée, étranglée. Et ce alors qu’elle était enceinte.

Il a toujours clamé son innocence, publiquement en tout cas

“Je vais te défoncer”, “Je vais vous crever, toi et ton bébé”, lui aurait notamment dit le jeune homme, déjà à la tête d’un lourd casier judiciaire au moment des faits, et même incarcéré pendant plusieurs mois durant cette relation. Pitchfork citait même l’officier de police criminelle qui avait recueilli le témoignage de la jeune femme, un vétéran avec 23 années de service au compteur, qui déclarait: “Je n’ai jamais rien entendu de tel dans ma vie.”

Au moment de l’assassinat de XXXTentacion, l’affaire était d’ailleurs en cours d’instruction, et aurait pu coûter au rappeur de passer de très longues années derrière les barreaux. Il était poursuivi par les autorités du comté de Miami pour “coups et blessures sur une femme enceinte, violence domestique par strangulation, séquestration et subornation de témoin”. Pourtant, jusqu’à sa mort, il n’avait eu de cesse de clamer son innocence. Publiquement en tout cas.

Car ce 23 octobre, Pitchfork révèle avoir eu accès à un enregistrement audio de 27 minutes, dans lequel le rappeur confesse et se gargarise même de nombreux faits de violence. L’enregistrement a été réalisé par une connaissance de XXXTentacion, avant d’être versé au dossier. La justice et les avocats de l’artiste ont confirmé qu’il s’agissait bel et bien d’un aveu de culpabilité.

Dans un extrait mis en ligne sur le site, on entend notamment XXXTentacion déclarer à son ami: “J’ai commencé à la défoncer parce qu’elle avait fait une erreur. Et à partir de là, un cycle s’est enclenché. Maintenant elle a peur. Cette fille a peur pour sa fille. Et elle a raison.” Plus tôt, il déclare également “Je vais tuer cette p*** si elle joue avec moi...”

Une noirceur musicale liée à un passé terrible

Dans le reste de l’enregistrement, le jeune homme mort à l’âge de 20 ans confesse également d’autres crimes, comme d’avoir poignardé huit personnes. “Je me retrouve dans le journal pour avoir planté... Combien de personnes est-ce qu’ils disent aux infos? Trois personnes? C’était huit en fait!” À l’époque de ce fait divers, XXXTentacion avait à peine 18 ans, et la police avait annoncé que personne n’avait été inculpé, même si elle recherchait un suspect tatoué au visage.

Pour expliquer pourquoi sa petite amie avait à ce point raison d’avoir peur de lui, il avoue aussi avoir blessé à l’arme blanche un ancien manager, en présence de la jeune femme. “Elle a vu tous ces trucs. Elle sait.” Avant sa mort, le rappeur était devenu un véritable phénomène culturel, fascinant des fans de plus en plus nombreux. Avec sa musique extrêmement sombre et torturée, il avait battu plusieurs records de ventes et de streaming.

Dans l’enregistrement obtenu par Pitchfork, il livre d’ailleurs des éléments d’explication quant à cette noirceur omniprésente dans son art. “T’as déjà vu quelqu’un se faire couper la langue? T’as déjà vu quelqu’un se faire violer? T’as déjà vu quelqu’un essayer de tuer ta mère devant tes yeux? Chaque nuit, tu vas te coucher et tu te souviens de ce que tu as vu, de ce que tu as ressenti, de ce sentiment horrible qui prend l’âme. Personne ne peut te réconforter. C’est un truc avec lequel tu dois vivre.”

Cet article a initialement été publié sur le HuffPost France.