MAROC
16/10/2019 14h:58 CET

Au Maroc, 4 cadres sur 10 rêvent d'une reconversion professionnelle (ENQUÊTE)

Baisse de moral, charge surélevée de travail, stress... autant de facteurs qui poussent les cadres marocains à envisager une nouvelle voie professionnelle.

Jose Luis Pelaez Inc via Getty Images

EMPLOI - La saison estivale est souvent propice à la réflexion autour des perspectives de carrière et de nouvelles ambitions, avant la rentrée. Et pour trois quarts des cadres marocains, un nouveau départ professionnel après leurs vacances est envisageable après avoir fait le point sur leur carrière. Selon une enquête réalisée par le portail Rekrute.com, ils sont 43% prêts à changer de métier ou de poste et 30% sur le point de s’ouvrir à de nouvelles opportunités. 

Ainsi, d’après les résultats de l’enquête menée auprès de 1320 cadres d’entreprises, 4 sur 10 rêvent de reconversion professionnelle alors que le reste souhaite seulement changer d’emploi. Parmi les sondés, 68% sont des hommes et 32% des femmes et la majorité d’entre eux ont entre 25 et 34 ans. 

A la recherche du bien-être, qui passe par l’épanouissement professionnel, les cadres marocains sondés se disent, à 55%, ne pas être épanouis dans leur activité, notamment en raison du stress lié à une charge surélevée de travail. Une situation dont souffrent 57% des cadres juniors qui se disent constamment ou très souvent stressés, contrairement aux cadres confirmés qui, avec l’expérience, ont appris la gestion de leur stress, souligne l’enquête.

En effet, plus on avance dans l’âge, plus on s’épanouit dans ses tâches au travail et gagne en sérénité et maturité, contrairement aux plus jeunes qui essayent encore de se trouver sur la voie professionnelle (60% des moins de 25 ans estiment que l’épanouissement est lié à l’expérience contre 74% des 45-54 ans). 

Les hommes sont plus épanouis au travail que les femmes (48% contre 38, car ces dernières doivent souvent jongler entre leur travail et leur vie privée de maman et/ou d’épouse). Ce qui déteint inévitablement sur leur vie au bureau. Par ailleurs, une précédente enquête de Reckrute  “Femme et conciliation vie pro/vie perso”, 66% des femmes y affirmaient que cette conciliation est difficile, voire très difficile. L’épanouissement au travail pourrait donc être étroitement lié à cette gestion du quotidien plutôt compliquée, précisait Rekrute. 

D’autres chiffres de cette nouvelle étude sur les cadres indiquent que la baisse de moral affecte leur motivation au travail. L’astreinte pendant les vacances impacte le moral de 67% des Marocains. Parmi les répondants, 65% affirment être contraints de rester joignables pendant leurs vacances, ce qui peut déteindre fortement sur leur bien-être alors que c’est une période faite pour se déconnecter et se ressourcer. Et 57% d’entre eux ne parviennent pas à se déconnecter complètement de leur travail durant leurs congés, même si 69% se disent, toutefois, peu stressés durant cette période. 

Ce qui laisse un peu de loisirs aux cadres marocains de faire le point sur leur carrière et de réfléchir à leur situation professionnelle et la majorité d’entre eux, à savoir 73%, se disent prêts à revoir leur perspectives de carrière dès cette rentrée 2019. 40% d’entre eux souhaitent s’orienter vers une nouvelle voie, changer de fonction ou encore se lancer dans l’aventure souvent risquée de l’entreprenariat.