ALGÉRIE
22/03/2019 17h:26 CET | Actualisé 23/03/2019 10h:15 CET

Au "carré des féministes", les Algériennes revendiquent leur part du changement

Réunies devant les escaliers de la fac centrale, munies de leurs drapeaux et banderoles, des militantes pour les droits de la femme scandaient “pacifique, féministe, vive la femme algérienne”.

Huffpost Algérie

Sous une pluie battante, plusieurs militantes des droits des femmes se sont organisées lors de la manifestation pacifique de ce vendredi 22 mars dans un “carré des féministes”. Activistes ou simples citoyennes, elles se sont rassemblées ce vendredi afin de dire “le changement sera également au féminin”.

Réunies devant les escaliers de la fac centrale, munies de leurs drapeaux et banderoles, des militantes pour les droits de la femme scandaient “pacifique, féministe, vive la femme algérienne”. Un slogan pour dire que ce tournant dans l’Histoire de l’Algérie sera avec la participation massive des femmes.

Des militantes pour les droits de la femme de la première heure étaient présentes à ce “carré féministe”. Fadhila Chitour-Boumendjel membre fondateur du réseau Wassila et militante des droits de la femme, apporte son soutien à cette initiative.

“Nous sommes là aujourd’hui pour la continuité du combat, pour une Algérie égalitaire pour la femme. Nous avons raté le coche plusieurs fois depuis l’indépendance. Les femmes pendant la guerre de libération sont montées au maquis tout en continuant à honorer leurs responsabilités de femmes, malheureusement après l’indépendance celles-ci ont été remerciées et sans plus” indique Fadhila Chitour-Boumendjel.

Pour cette militante, l’Algérie s’ouvre sur une nouvelle ère propice à l’amélioration de la condition de la femme algérienne. C’est pourquoi il est nécessaire de s’unir et de doubler d’effort pour acquérir d’avantages de droit.


Hassina Oussedik d’Amnesty international estime que les droits de la femme dans le monde ont connu une régression. “En Algérie nous ne sommes pas mieux”. Pour elle il faut continuer l’engagement et transmettre le flambeau à la nouvelle génération.

Sur un ton ferme et déterminé, de jeunes militantes scandaient “le pays est le nôtre et on fera ce qu’on voudra”. Signataires de la Déclaration des “femmes Algériennes pour un changement vers l’égalité” celles-ci se disent prêtes à faire valoir le rôle déterminant de la femme dans la société.

Leila Saadna, signataire de la lettre se félicite de la présence massive des femmes depuis le début de ce soulèvement populaire. Cette participation active démontre, selon elle, la volonté des femmes à être plus présentes dans la société.
Les slogans des militantes du carré des féministes ont attiré de nombreuses citoyennes.

“La question des femmes nous concerne toutes” indique une jeune fille dont la pancarte dit : “on sortira malgré le mauvais temps car vous êtes plus mauvais”.