LES BLOGS
18/12/2015 08h:05 CET | Actualisé 18/12/2016 06h:12 CET

Au Café

Il porte la main à sa tête et rabat son béret. On ne voit plus ses yeux mais on voit sa moustache. Une moustache sale et frisée.

L'homme entrouvre les lèvres comme pour dire quelque chose.

Il se ravise.

On le sert.

Du café.

Du café noir comme sa moustache.

Une mouche arrive, s'en va, revient, se pose sur le bord de la tasse.

Elle chancelle, tombe et se noie.

Une mouche noire, dans du café noir.

Il relève son béret, sucre le café et touille.

Le liquide tourne. La mouche tourne.

Deux doigts saisissent l'anse. La tasse va chercher les lèvres.

* * *

Il rend le café.

La mouche s'entête.

Il crache.

Une mouche noire dans du crachas noir, noir de café.

Le pied se pose dessus.

Un torchon gris passe sur la table, la salit, insiste.

La table pue.

Elle pue la javelle et le café.

* * *

L'homme paie, ajuste son béret, s'arrache à sa chaise.

Il tape du pied.

Il n'y a plus de mouche sur le crachas sec.

Il tape encore du pied.

L'insecte ne tombe pas.

L'homme s'en va enfin, une mouche écrasée à sa semelle, et, sous son béret, de vagues questionnements sur l'état des choses dans son pays.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.