ALGÉRIE
01/11/2018 14h:42 CET

Au 3e trimestre 2018 : Le marché d’entreprises alimente la vente de PC

Le marché d’entreprises et le renouvellement des PC sous Windows 10 restent les principaux moteurs des expéditions mondiales.

Richard Villalonundefined undefined via Getty Images

Les ventes mondiales de PC dans le monde ont augmenté au 3e trimestre 2018, selon le cabinet Gartner. Elles ont baissé, selon son rival IDC. Mais les deux s’accordent à considérer que le marché d’entreprises et le renouvellement des PC sous Windows 10 restent les principaux moteurs des expéditions mondiales.

 Au troisième trimestre 2018, les livraisons mondiales de PC (ordinateurs de bureau, laptop et stations de travail) ont totalisé 67,2 millions d’unités selon Gartner (+0,1% par rapport au troisième trimestre de 2017). Pour cette même période, IDC estime les ventes de PC à 67,4 millions d’unités, une baisse de 0,9% selon ce cabinet.

Pour Gartner, “le marché des PC a continué d’être alimenté par la demande constante des PC d’entreprise, tirée par les mises à niveau matérielles de Windows 10 (qui) se poursuivra jusqu’en 2020”, a déclaré Mikako Kitagawa, analyste principal chez Gartner.

“Malgré le fait que le troisième trimestre enregistre généralement de bonnes ventes d’ordinateurs grand public en raison de la saison de la rentrée scolaire, la demande des ordinateurs grand public a continué de faiblir, ce qui a contrebalancé les fortes ventes du marché des entreprises”, ajoute Gartner.

C’est dans les régions EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique), d’Asie-Pacifique et au Japon que Gartner a enregistré une croissance des ventes de PC au troisième trimestre de 2018, tandis que le marché a reculé aux États-Unis et en Amérique latine. “L’Amérique latine a enregistré la plus forte baisse, soit 8,5%, après s’être stabilisée au début de 2018. Cependant, ces résultats sont conformes aux attentes de Gartner, compte tenu des contraintes d’approvisionnement en processeurs pour le reste de l’année”.

De son côté, le cabinet IDC note que si “la demande des régions matures est restée essentielle” pour le marché des PC, “de nombreux marchés émergents ont dû faire face à des obstacles défavorables” tel que que le “taux de change » et « d’autres facteurs politico-économiques qui ont entravé la demande”. A cela, IDC ajoute : la crainte de « pénuries de processeurs » au 3e trimestre 2018.

Selon IDC, et contrairement à Gartner, “toutes les régions ont dépassé les prévisions”, avec des baisses en “Amérique latine et en région Asie/Pacifique”.” (…) le marché américain des PC (17,2 millions d’unités) a enregistré un bon trimestre soutenu par de solides résultats dans le segment des ordinateurs portables”, a déclaré Neha Mahajan, analyste principale de la recherche chez US Devices & Displays. Le marché américain des PC a été entretenu par les ” livraisons régulières de Chromebook” pour l’ensemble des cursus scolaire jusqu’au classes secondaires, ainsi que “le nombre croissant de consommateurs de jeux”.

Pénurie de processeurs Intel

Gartner estime que si ces résultats n’ont montré “aucun impact significatif”, “la pénurie de processeurs Intel pourrait avoir une incidence sur le marché des ordinateurs personnels en raison de la hausse des prix et de la modification du paysage des fournisseurs”.

“Cette pénurie aura des conséquences à court terme, mais Gartner ne voit aucune répercussion durable sur la demande globale en ordinateurs personnels. On s’attend actuellement à ce que la pénurie se poursuive jusqu’en 2019, mais Intel accordera la priorité aux processeurs haut de gamme ainsi qu’aux processeurs destinés aux ordinateurs professionnels. Dans le même temps, AMD occupera une part du marché sur laquelle Intel ne peut pas fournir de processeurs.”

Ressentie par les fabricants de PC depuis plusieurs mois, la pénurie de processeurs Intel est devenue désormais officielle après la lettre ouverte du géant américain signé par son directeur financier et PDG par intérim, Bob Swan. Dans ce document, M. Swan explique que “le retour surprenant de la croissance » de la demande sur les services cloud et des PC “a mis la pression sur notre réseau d’usines”.

“Nous accordons la priorité à la production de processeurs Intel Xeon et Intel Core afin de pouvoir servir collectivement les segments les plus performants du marché. Cela dit, l’offre est sans aucun doute limitée, en particulier à l’entrée du marché des ordinateurs personnels.”

Le patron par intérim de Intel annonce l’investissement d’un milliard de dollars supplémentaires, pour atteindre 15 milliards de dollars en 2018, sur les sites de fabrication des processeurs 14 nm. Quant aux processus de 10 nm, Intel affirme que des progressions sont faites et prévoit “une production en volume en 2019”.

Lenovo en tête des ventes

En haut du tableau des ventes, le chinois Lenovo affiche une part de marché mondial de 23,6%, avec 15,889 millions d’unités en comptabilisant les PC de sa nouvelle filiale Fujitsu. Lenovo est 3e du marché américain avec 2,276 millions d’unités soit 15,4%.

L’américain HP a chuté en deuxième position, “mais a enregistré son quatrième trimestre consécutif de croissance (6,2%) des expéditions de PC” ce qui correspond à 14,629 millions d’unités vendues au 3 trimestre 2018. HP continue d’être le leader sur le marché américain (4,531 millions d’unités, soit 30,7%).

La 3e place mondiale revient à Dell avec 10,737 millions d’unités, soit 16,0% de part de marché. Aux Etats-Unis, Dell est 2e avec 3,831 de millions d’unités vendues (25,9 %).

Apple occupe la 4e place mondiale des ventes d’ordinateurs avec 4,928 millions d’unités et une part de marché de 7,3%. Aux Etats Unis, Apple a vendu 2,022 millions d’unités, et occupe 13,7% du marché.

Sur le plan mondial, Acer (6,1%) et Asus (6.0%) occupent respectivement la 5e et 6e place, avec respectivement 4,074 et 4,013 millions d’unités vendues.

Aux Etats Unis, la 5e place est occupée par Microsoft avec ses tablettes Surface qui affiche un volume de ventes de 602.000 unités, et 4,1% de part de marché.

A noter, comme le précise Gartner, que ces données “incluent les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables et les ultramobiles (telles que Microsoft Surface), mais pas les Chromebook de Google ni les iPad d’Apple”.