MAROC
21/02/2019 14h:46 CET

280 radars intelligents "made in USA" remis à la police et la gendarmerie

Attention au flash!

Najib Boulif/Facebook

CIRCULATION - Il détecte l’excès de vitesse de votre véhicule avant même son passage et, à l’aide d’une caméra digitale, enregistre une vidéo instantanément à plus de 50m. C’est le TruCam LTI 20/20: le nouveau radar made in USA que le Maroc adoptera dans sa lutte contre les accidents de circulation. Fabriqué par la société américaine Laser Technology, Inc (LTI), ce radar permettra de lire la plaque d’immatriculation, puis de verbaliser sans aucun besoin d’arrêter le véhicule pour rédiger des PV.

280 unités de ce radar mobile et intelligent ont été distribuées, ce jeudi 21 février, aux agents de contrôle routier, gendarmerie et police, par le secrétaire d’État chargé du Transport, Najib Boulif, lors d’une cérémonie organisée au sein de son département. L’information a été relayée par NAJIB Boulif sur sa page Facebook.

Dans un communiqué publié par le département du transport, on indique ainsi que “ces nouveaux radars permettront de mesurer la vitesse avant l’arrivée des véhicules et après dépassement (des radars), contrairement aux radars traditionnels”. 

Il ajoute aussi que cette technologie permet de disposer de preuves vidéos et photos des infractions commises, mais également d’enregistrer toutes les données liées à la reconnaissance du véhicule notamment sa marque et son numéro d’immatriculation. Ce que montre cette vidéo sur le site web du fabriquant .

Le département de Boulif tient à souligner que ce nouvel appareil rentre dans le cadre de la volonté de renforcer les contrôles routiers à l’intérieur et à l’extérieur du périmètre. Et ce, “par conviction de la nécessité d’utiliser l’approche punitive, en parallèle à celle de la sensibilisation pour améliorer les comportements sur les routes”.

À l’occasion de la célébration de la journée nationale de la sécurité routière, le 18 février,  le chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani, qui présidait la réunion du comité interministériel de la sécurité routière, a annoncé que le Maroc souhaite réduire les accidents de circulation de 20% d’ici l’an prochain. Il a précisé, par la même occasion, que “le Maroc mobilise plus de deux milliards de dirhams annuellement pour entretenir les routes dont plus de 600 millions de dirhams consacrés aux voies express”.

Mais face à la cadence des accidents de la circulation qui fauchent, chaque année, 3.500 personnes et font 100.000 blessées au Maroc, le renforcement des contrôles autoroutiers de toute nature semble, pour El Othmani, inéluctable. 

En 2018, le nombre des infractions liées à l’excès de vitesse relevées par radar fixes a atteint auprès des tribunaux du royaume le nombre de 1.445.113, selon la présidence du ministère public qui précise que dans 8.597 cas, il s’agit de délits. La même source a aussi annoncé que le nombre de radars fixes, actuellement de 140, sera porté à 640, puisque 500 nouvelles unités seront placées cette année.