MAGHREB
14/11/2015 06h:46 CET | Actualisé 14/11/2015 07h:11 CET

Ce que l'on sait des auteurs des attentats de Paris

TERRORISME - Ils sont huit. Huit à avoir semé la terreur dans Paris et les abords du Stade de France. Huit terroristes qui ont commis vendredi 13 novembre les pires attentats que la France a connus depuis des décennies.

Trois kamikazes se sont fait exploser près de l'enceinte dyonisienne où se déroulait le match de football France-Allemagne, un rue de Charonne, trois ont actionné leur ceinture d'explosif pendant l'intervention des forces de l'ordre au Bataclan tandis qu'un dernier a été abattu par les policiers dans la salle de concert. "L'enquête devra déterminer les complicités et permettra de savoir si des co-auteurs sont encore dans la nature", avait précisé dans la nuit le procureur de Paris François Molins.

C'est la première fois en France que des terroristes utilisent un tel mode opératoire avec des ceintures d'explosifs pour faire un carnage dans la foule.

Hollande accuse l'Etat islamique

Samedi matin, aucune revendication officielle n'avait encore été faite mais tous les regards se tournaient vers l'Etat islamique. Lors d'une allocution après le Conseil de Défense, François Hollande a très clairement nommé Daech comme étant le responsable de cette attaque. "Ce qui s'est produit hier à Paris et à Saint-Denis est un acte de guerre (...) commis par une armée terroriste, Daesh. (...) Un acte de guerre préparé, planifié, de l'extérieur, avec des complicités intérieures que l'enquête permettra d'établir. Un acte d'une barbarie absolue", a lancé le chef de l'Etat.

Le fait que plusieurs attentats simultanés ait été commis rappellent en effet la méthode de ce groupe; de plus, dans la dernière vidéo mise en ligne par Daech, il y a quelques jours, des images évoquaient Paris, certains y voyant un signal codé pour les attaques de vendredi.

Selon cette journaliste du New York Times spécialisée dans les questions de terrorisme, Daech a évoque "le miracle" de Paris.

C'est peu après 11h30 qu'un communiqué de l'organisation terroriste a été publié pour revendiquer les attaques perpétrées vendredi soir à Paris. Dans ce texte qui nous ramène à un autre temps, Daech prévient que ce "n'est que le début de la tempête".

Les identités des assaillants n'ont pas encore été communiqués mais leurs motivations apparaissent dans les récits de certains survivants.

Comme ce journaliste, présent au Bataclan qui rapporte les mots prononcés par les terroristes. "Je les ai clairement entendus dire aux otages ‘c'est la faute de Hollande, c'est la faute de votre président, il n'a pas à intervenir en Syrie'. Ils ont aussi parlé de l'Irak", assure Pierre Janaszak, animateur radio et TV. Le mot "vengeance" a également été entendu par plusieurs témoins qui citent aussi le cri "Allahou Akbar".

M. Tout-le-monde avec une kalachnikov

Les témoins des scènes de carnage évoquent aussi la silhouette de ces terroristes. Tous auraient agi à visage découvert, sans masque. "On aurait dit M. Tout-le-monde avec une kalachnikov", a raconté une survivante. Sur BFMTV, une autre a parlé d'une "machine à tuer" pour décrire un homme d'une vingtaine d'année, la barbe naissante habillé de noir.

"J'ai vu un homme jeune, pas plus de 25 ans. Il était habillé de façon normale, en survêtement, il portait une arme en bandoulière. Il avait l'air très calme", a dit aussi un rescapé du Bataclan sur LCI.

Lire aussi :

• Attentats à Paris : le récit de la terrible soirée

• La vidéo effroyable des victimes du Bataclan fuyant par une issue de secours

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.