MAROC
29/05/2018 13h:54 CET

Attaque à Liège: ce que l'on sait de l'assaillant qui a abattu trois personnes

Il s'agit, selon les médias belges, d'un homme de 36 ans.

JOHN THYS via Getty Images

BELGIQUE - Un homme a tué par balles trois personnes dont deux policiers mardi 29 mai au matin à Liège, dans l’est de la Belgique, avant de prendre un otage et d’être abattu par les forces de l’ordre, une fusillade qui a les apparences d’un acte terroriste selon la justice belge. Le dossier a été confiée au parquet fédéral, compétent en matière de terrorisme. “Il y a des éléments qui vont dans la direction d’un acte terroriste”, a justifié Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral.

Après avoir tiré sur la voie publique, l’assaillant, âgé de 36 ans selon les médias belges s’est réfugié dans un lycée. Une brève prise d’otage a suivi, au cours de laquelle personne n’a été blessé, selon des sources officielles.

Les trois victimes du tireur sont deux policiers et “le passager d’un véhicule” stationné dans le quartier. “On ne sait rien pour l’instant”, des motivations de l’assaillant, a expliqué Catherine Collignon, porte-parole du parquet de Liège, sans notamment pouvoir confirmer les informations de presse selon lesquelles il aurait crié “Allah Akbar”.

 Connu pour divers délits

Des médias belges indiquent par ailleurs que l’assaillant, connu pour divers délits, avait été libéré la veille de la prison de Lantin, près de Liège. Selon ces mêmes sources, il s’agit d’un homme né en 1982 qui a “pris en filature deux policières et les a agressées par l’arrière” à l’aide d’une arme blanche de voler “leurs armes” et de les abattre.

Selon la RTBF qui donne son identité, l’assaillant présumé était incarcéré pour des faits mineurs, de vol et de trafic de stupéfiants. Il n’était pas connu des services anti-terrorisme mais aurait pu se radicaliser en prison. Le site Sudinfo.be, le décrit comme un homme instable, marginal et violent.

L’affaire a été “mise à l’instruction avec infraction terroriste”, selon le Procureur du roi. La Belgique, frappé par des attentats jihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars 2016, a été depuis le théâtre de plusieurs agressions contre des militaires ou des policiers.