MAROC
10/04/2018 10h:52 CET

Assurance maladie: Un élargissement prévu aux catégories non couvertes d'ici 2021

Un pas de plus dans le cheminement du Maroc vers la Couverture sanitaire universelle, souligne le ministre.

STR via Getty Images

SANTE - Ambition et détermination. Le nouveau ministre de la Santé, Anas Doukkali en donne la preuve. Il a annoncé, hier, à l’occasion d’une rencontre célébrant la Journée mondiale de la santé (7 avril), sous le slogan “La santé pour tous”, la volonté d’élargir l’assurance maladie aux catégories non couvertes. Objectif: atteindre plus de 90% de la population à l’horizon 2021.

Qualifiant cet objectif de “priorité”, le ministre indique que celui-ci est dicté par la nécessité de garantir la réussite du cheminement du Maroc vers la Couverture sanitaire universelle. Pour cela, le Maroc, a-t-il estimé, est appelé à assurer la pérennisation du régime d’assistance médicale par son financement et l’amélioration de sa gouvernance, à travers la création d’un organisme gestionnaire indépendant pour le Régime d’assistance médicale (RAMED).

C’est à cela que tient “la responsabilité des décideurs politiques en tant que partie prenante dans la transformation de la santé de leur pays”, a  souligné M. Doukkali.

Autre priorité: la mise en oeuvre progressivement de l’assurance maladie des indépendants. Un projet qui se concrétisera d’abord auprès de chaque catégorie professionnelle avant de passer, à terme, vers l’harmonisation et la standardisation des différents régimes. Des mécanismes de financement “cohérents et solidaires” devront ainsi être adoptés à cette fin. 

Rappelant le parcours du système de santé marocain, tout au long des soixante dernières années, Anas Doukkali a mis l’accent sur les différentes réformes en soulignant celle du RAMED. La généralisation de ce dernier vient de franchir sa sixième année et a permis d’étendre le taux de couverture médicale à plus de 60% de la population du Maroc, a-t-il affirmé. Et de se féliciter de ce résultat qui, pour lui, est “ambitieux pour un pays où la couverture sanitaire est encore à ses débuts”.

Fédérer les efforts de toutes les forces vives nationales et internationales, autour du système de santé, permettra, a-t-il ajouté, de contribuer positivement à la consécration du droit des citoyens au bien-être et à la santé, conformément aux principes dictés par la constitution et aux engagements internationaux pris dans le cadre des Objectifs du développement durable (OMD).