TUNISIE
08/10/2018 19h:12 CET

Assassinats de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi: "Pas de chambre noire" au ministère clame le porte-parole du ministère de l'Intérieur

“Le ministère de l’Intérieur se tient prêt à fournir aux autorités judiciaires compétentes tous les documents nécessaires"

FETHI BELAID via Getty Images

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Sofiène Zaâg, a démenti lundi, l’existence de toute ”chambre noire” au sein du ministère.

Cette précision intervient en réaction aux propos tenus par le comité de défense de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi lors d’une conférence de presse tenue la semaine dernière et dans laquelle il a fait état de l’existence d’une “chambre noire” qui renferme des preuves en rapport avec l’assassinat de ces deux figures de la gauche.

Selon Zaâg, toutes les archives et tous les documents administratifs sont conservés selon les réglementations et les lois en vigueur dans l’administration centrale spécialisée dans ce domaine.

”Il n’y pas de chambres noires au sein du ministère de l’Intérieur”, a-t-il assuré.

”Les éléments de l’affaire du dénommé Mustapha Khedher sont saisis par le ministère de l’Intérieur en coordination avec le ministère public près le Tribunal de première instance de Tunis“, a-t-il ajouté.

“Le ministère de l’Intérieur se tient prêt à fournir aux autorités judiciaires compétentes tous les documents nécessaires liés à cette affaire, conformément aux réglementaires et lois en vigueur”, a-t-il poursuivi.

Le comité de défense de Belaid et Brahmi avait présenté mardi dernier un ensemble de documents sur la nature de la relation du dénommé Mustapha Khedher avec Ennahdha ainsi que sur ses activités de renseignements.

Découverte en décembre 2013 au domicile de Mustapha Khedher, une partie de ces documents se trouvent actuellement dans une chambre noire scellée au ministère de l’Intérieur, avait souligné le comité de défense, réclamant l’ouverture de cette chambre pour consulter les documents qui s’y trouvent.

Il a également appelé le ministère de l’Intérieur à desceller cette chambre et à cesser de protéger la structure impliquée dans ces crimes et qui, selon lui, ”agissait sous la protection d’Ennadha en 2013“.

Le ministère Public près le Tribunal de première instance de Tunis a ordonné ce lundi l’ouverture d’une enquête sur les récentes révélations du comité de défense de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Sofiien Sliti a expliqué que le ministère public avait confié le dossier à un juge d’instruction du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme.

Les deux martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi ont été assassinés respectivement le 6 février 2013 et le 25 juillet de la même année, à six mois d’intervalle.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.