TUNISIE
06/02/2019 08h:48 CET

Assassinat de Chokri Belaïd: Un 6ème anniversaire sur fond de révélations du comité de défense

Malgré les révélations du comité de défense, l'affaire stagne.

FETHI BELAID via Getty Images

Les nouvelles données révélées par la défense dans l’affaire des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi pourraient jeter de l’ombre sur les commémorations, cette année, du 6e anniversaire de l’assassinat de Chokri Belaïd.

Selon le collectif de défense dans l’affaire des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, “le mouvement Ennahdha est impliqué dans les deux assassinats politiques”. Chokri Belaïd a été abattu le 6 février 2013 au pied de son immeuble à El Menzah VI, et Mohamed Brahmi devant son domicile, à la cité El Ghazela, le 25 juillet de la même année. Les assassins et les commanditaires sont toujours en état de fuite.

Six années ont passé. L’affaire stagne. Toutefois, les données dévoilées par la défense pourraient constituer un tournant important (pour lever le voile) sur le dossier des assassinats politiques. Selon certains observateurs, cette affaire est devenue un moyen de pression aux mains des partis politiques qui l’utilisent à chaque rendez-vous électoral pour recueillir plus de voix et vaincre les adversaires politiques.

Pour Mourad Hmaidi, dirigeant du Front populaire et membre du groupe parlementaire du Front, aucune évolution perceptible dans l’affaire des assassinats politiques ne peut être enregistrée en l’absence d’une réelle volonté politique de prouver le lien entre ces assassinats et l’implication d’un parti politique.

Et d’ajouter que malgré les données présentées par le collectif de défense, “je ne pense pas que l’affaire des assassinats politiques va progresser sérieusement vers la vérité (...) surtout après l’alliance entre le nouveau parti, attribué au chef du gouvernement, et le mouvement Ennahdha”.

Hmaidi a dit avoir confiance en les “magistrats intègres” et en leur aptitude à pousser vers “la révélation de l’énigme des assassinats politiques et leur lien avec le mouvement Ennahdha”.

Le secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié (Ppdu), Zied Lakhdhar, a indiqué, mardi, en marge d’une conférence de presse à Tunis, à l’occasion du 6e anniversaire de l’assassinat de Chokri Belaid, que “le processus de la vérité est bloqué par des parties judiciaires (...) et certains rouages de l’Etat”.

Lors d’une conférence de presse, début octobre dernier, le collectif de défense avait accusé le mouvement Ennahdha de diriger “un appareil secret”. Il a par ailleurs présenté des donnés sur l’existence d’une “chambre noire” au sein du ministère de l’Intérieur contenant des documents liés aux dossiers des deux figures de la gauche Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi.

Lors de cette conférence de presse organisée par le collectif de défense à Tunis, sous le titre “L’appareil secret du mouvement Ennahdha après la révolution et sa relation avec les assassinats politiques”, Raddaoui avait fait part de l’existence de vérités révélées pour la première fois sur la détention par le principal accusé Mustapha Khedher, de documents relatifs au dossier de l’assassinat des deux dirigeants de gauche. Khedher, proche d’Ennahdha, serait le principal mentor de cet appareil secret et en contact direct avec les hauts dirigeants dudit mouvement. Raddaoui avait soulevé également la relation établie entre Khedher et les personnes impliquées dans l’assassinat de Belaïd et Brahmi.

En réaction aux accusations dont il a fait l’objet, le mouvement Ennahdha avait estimé que les donnés révélées par le collectif de défense, sont “une manœuvre politique et une carte jouée par le Front Populaire durant cette année électorale importante”. Ennahdha nie toute implication dans toutes activités en dehors du cadre de la loi régissant les partis politiques.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.