MAROC
26/02/2016 08h:21 CET | Actualisé 26/02/2016 09h:23 CET

Comment le Maroc a perdu l'organisation de la Coupe du monde 2010 (VIDÉO)

CORRUPTION - L’affaire a été révélée au grand public en juin 2015 par le Sunday Times. Le Maroc aurait dû organiser la Coupe du monde 2010 à la place de l’Afrique du sud, si les votes de l’attribution n’avaient pas été truqués. Aujourd’hui, c’est la chaîne Arte qui revient sur cet épisode dans une enquête inédite sur l'une des institutions les plus puissantes et sulfureuses du monde, la FIFA de Sepp Blatter.

Souvenez-vous, nous sommes en 2004. Le Maroc, qui caresse depuis plusieurs années le rêve d’accueillir la prestigieuse compétition sportive, est candidat face à l’Afrique du Sud et l’Egypte. Cette fois, après trois candidatures qui se sont soldées par un échec, il est l’un des deux favoris qui peuvent prétendre à la victoire, aux côtés du pays de Nelson Mandela.

Jack Warner entre en jeu...

"Un personnage de la FIFA entre alors dans le jeu. Il s’appelle Jack Warner, et c’est le président de la CONCACAF, la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes", rappelle Arte dans son enquête intitulée "La planète FIFA: 5 choses à savoir pour comprendre le scandale de la FIFA".

Jack Warner, radié à vie du comité d'éthique de la Fédération internationale de football en septembre 2015, "contrôlait (à l’époque) un grand nombre de votes. La FIFA, c’est un ensemble de personnalités qui jouent de leur influence pour distribuer des faveurs politiques. Par conséquent, si vous êtes une personne capable de rassembler beaucoup de votes, vous avez beaucoup de pouvoir. C’était le cas de Jack Warner", affirme l’avocat David Larkin, président de Change FIFA.

Le Maroc aurait accepté le deal

Najib Salmi, journaliste marocain (en charge de la rubrique sport de L’Opinion), revient sur la visite de Warner au Maroc, à la veille de l’attribution de la Coupe du monde, et confirme que le sulfureux ex président de la CONCACAF avait demandé des pots-de-vin au Maroc. Le deal était le suivant: un million de dollars dans la poche de Warner, et les voix de la CONCACAF sont pour le royaume. Selon le Sunday Times, le Maroc aurait accepté le deal. Des révélations que le journaliste marocain confirme à demi-mot.

LIRE AUSSI: La FIFA en crise: "Le Maroc a remporté le vote de la Coupe du monde de football en 2010, pas l'Afrique du Sud"

Le soir du 13 mai, à la veille du vote, le Maroc est donné favori. Seul hic, Jack Warner aurait joué sur deux tableaux: l’Afrique du sud lui aurait proposé 10 millions de dollars, si l’on en croit une lettre officielle envoyée à la FIFA par le gouvernement sud-africain, une enveloppe officiellement destinée au développement du football sud-africain.

Blatter n'a-t-il rien vu?

Le jour J, le Maroc essuie contre toute attente un échec, en obtenant 10 voix contre 14 pour l’Afrique du sud et 0 pour l’Egypte. Mais comment le Suisse Sepp Blatter n'a pas pu voir ce qui se passait sous ses yeux? Pour Guido Tognoni, ancien directeur de la communication de la FIFA, "on ne peut pas être au centre de tout à la FIFA et faire semblant de ne rien voir. Cela voudrait dire que soit vous êtes un président faible, ce qui n'était pas son cas, soit vous mentez".

En décembre 2015, le président de la FIFA a été suspendu huit ans de toute activité liée au football par la commission d'éthique de la FIFA, avant de voir sa sanction être réduite de deux ans. Ses potentiels successeurs promettent d'ores et déjà d'assainir l'institution basée à Zurich...

LIRE AUSSI :
Galerie photo Les 25 sélectionnés de Badou zaki Voyez les images