TUNISIE
24/08/2019 19h:41 CET

Arrestation de Nabil Karoui: Tahya Tounes dénonce les attaques contre Youssef Chahed

Tahya Tounes déplore une “instrumentalisation” de l'affaire visant à “calmonier le parti et son président”.

Tahya Tounes

Le parti Tahya Tounes a regretté, samedi, les attaques à l’encontre de son candidat à l’élection présidentielle, le chef du gouvernement Youssef Chahed, après l’arrestation vendredi du candidat à l’élection présidentielle Nabil Karoui.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le parti affirme n’avoir aucun lien avec cette affaire, évoquant une “instrumentalisation” visant à “calmonier le parti et son président”.

“Soulignant son respect de la liberté des médias et son rôle dans le succès des élections, le Mouvement appelle certains journalistes à respecter la neutralité et la déontologie professionnelle et à se tenir à la même distance de tous leurs concurrents” ajoute également le communiqué avant de poursuivre: “Tout en condamnant les campagnes visant à remettre en cause l’intégrité et l’indépendance du pouvoir judiciaire et à tenter d’influencer ses décisions, le Mouvement affirme son attachement au principe de l’égalité des citoyens devant la loi, sans exception ni discrimination, et leur droit à un procès garanti par la Constitution”.

Tahya Tounes appelle également  tous les partis et candidats aux élections présidentielle et législatives à œuvrer pour la création d’un climat électoral favorable à des élections libres, équitables et transparentes.

Le président du parti “Au coeur de la Tunisie” et candidat à l’élection présidentielle Nabil Karoui a été arrêté vendredi suite à l’émission d’un mandat d’arrêt de la part de l’une des chambres d’accusation auprès de la Cour d’appel de Tunis. La chaine Nessma Tv dont il est le fondateur a évoqué “un kidnapping” accusant le gouvernement d’être derrière son arrestation.

Le 28 juin dernier le juge d’instruction du pôle judiciaire économique et financier a décidé le gel des avoirs et une interdiction de quitter le territoire contre Nabil et Ghazi Karoui. Ces mesures font suite à une plaine portée le 14 mars 2014 par l’ONG “I Watch” auprès du pôle judiciaire économique et financier contre les frère Karoui pour “suspicion de blanchiment d’argent” à travers des sociétés dont ils seraient propriétaires en Algérie, au Maroc et au Luxembourg.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.