TUNISIE
25/08/2019 11h:32 CET | Actualisé 25/08/2019 11h:36 CET

Arrestation de Nabil Karoui: La LTDH dénonce, l'inspection générale du ministère de la justice enquête

Le ministre de la Justice Mohamed Karim Jamoussi a ordonné à l’inspection générale au sein du ministère d’enquêter sur les circonstances de l’émission de deux mandats de dépôt à l’encontre de Nabil et Ghazi Karoui

FETHI BELAID via Getty Images

La Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme a dénoncé, samedi, les conditions dans lesquelles le candidat à l’élection présidentielle Nabil Karoui, a été arrêté.

“Ce qui s’est passé vendredi 23 août 2019, alors que la Tunisie est sur le point de vivre le début la campagne électorale pour les élections présidentielle, que nous sommes en période de vacance judiciaire, que l’arrestation a eu lieu en un temps record d’un des candidats à l’élection présidentielle, ne peut entrainer que des soupçons, des doutes, et porter atteinte au pouvoir judiciaire, en ce qu’il suggère une instrumentalisation politique afin d’éliminer un des concurrents à la course à la présidence” fustige la LTDH appelant le ministère de la Justice et le Conseil Supérieur de la Magistrature à intervenir.

 

L’Inspection générale du ministère de la Justice enquête

Le ministre de la Justice Mohamed Karim Jamoussi a ordonné à l’inspection générale au sein du département d’enquêter sur les circonstances de l’émission de deux mandats de dépôt à l’encontre de Nabil et Ghazi Karoui et de s’assurer de la légalité des procédures empruntées, a indiqué une source au ministère de la Justice à la TAP.

“L’inspection générale exerce sous l’autorité directe du ministre, une mission d’inspection sur l’ensemble des juridictions et sur tous les services et les établissements relevant du ministère à l’exception de la cour de cassation. (…) La mission d’inspection est effectuée par ordre de mission du ministre. Le secret professionnel ne peut pas être soulevé à l’encontre de l’inspecteur désigné dans le cadre de l’exercice de sa mission” dispose la loi.

Le président du parti “Au coeur de la Tunisie” et candidat à l’élection présidentielle Nabil Karoui a été arrêté vendredi suite à l’émission d’un mandat d’arrêt de la part de l’une des chambres d’accusation auprès de la Cour d’appel de Tunis. 

Son arrestation a suscité une large polémique. Certains ont mis en doute la légalité des procédures empruntées lors de son interpellation.
Des parties politiques ont accusé le chef du gouvernement d’être à l’origine de cette affaire, alors que d’autre estiment que l’émission d’un mandat de dépôt à l’encontre des frères Karoui constitue une victoire dans la lutte contre la corruption. 

Pointé du doigt, le parti du chef du gouvernement a regretté, samedi, les attaques à l’encontre de son candidat à l’élection présidentielle, le chef du gouvernement Youssef Chahed. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le parti affirme n’avoir aucun lien avec cette affaire, évoquant une “instrumentalisation” visant à “calmonier le parti et son président”.

Le 28 juin dernier le juge d’instruction du pôle judiciaire économique et financier a décidé le gel des avoirs et une interdiction de quitter le territoire contre Nabil et Ghazi Karoui. Ces mesures font suite à une plaine portée le 14 mars 2014 par l’ONG “I Watch” auprès du pôle judiciaire économique et financier contre les frère Karoui pour “suspicion de blanchiment d’argent” à travers des sociétés dont ils seraient propriétaires en Algérie, au Maroc et au Luxembourg.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.