MAROC
18/08/2018 11h:09 CET

Arrestation de Betty Lachgar: Le M.A.L.I donne sa version des faits

Le mouvement qui lutte pour les libertés individuelles réfute la version des autorités.

Betty Lachgar/Twitter

MALI - Au lendemain de l’arrestation de la militante pour les droits individuels, Ibtissame “Betty” Lachgar, à Rabat, le M.A.L.I (Mouvement alternatif pour les libertés individuelles), dont elle est la porte-parole, donne plus de précisions sur les conditions de son interpellation.

Dans un premier communiqué publié vendredi soir, le collectif affirme que cette dernière aurait été arrêtée, selon les autorités, pour “trouble à l’ordre public en état d’ivresse”. Une version que réfute totalement le mouvement déclarant que Betty Lachgar s’est rendue au commissariat après avoir été “agressée en ville, et retenue injustement au commissariat alors qu’elle souhaitait déposer plainte”.

Dans un second communiqué, publié quelques heures plus tard, le M.A.L.I affirme que Betty Lachgar a été sujette à des “changement de commissariats, des interrogatoires, situation dégradante dans les geôles...”.

Selon la même source, elle devrait être présentée devant le procureur ce samedi 18 août dans la matinée. “Si Betty devait être victime de violences, de violations des droits humains ou d’humiliation durant sa détention, l’État marocain sera tenu pour pleinement responsable par M.A.L.I, ces violences feront l’objet de poursuites” conclut ce communiqué.

Ce n’est pas la première fois que la militante est arrêtée par les autorités. En 2016, elle avait été interpelée au centre-ville de Rabat avec un ami pour ”ébriété sur la voie publique”. Une version également réfutée par la militante qui avait affirmé au HuffPost Marocque son arrestation était le résultat d’une dispute avec une mendiante dont la fille, en bas âge, se baladait entre les voitures pour faire l’aumône.

La jeune femme est également sous le coup d’une plainte de la wilaya de Rabat pour avoir, en novembre 2017, jeté du colorant rouge dans plusieurs fontaines de la ville pour marquer de manière symbolique la lutte contre les violences faites aux femmes.

Résultat d’une campagne pro-avortement?

Pour le mouvement, il ne fait pas doute: la militante a été arrêtée suite au lancement par le mouvement d’une campagne “d’information et d’aide aux femmes marocaines souhaitant avorter au Maroc”.

En effet, dans un communiqué publié jeudi 16 août sur sa page Facebook, soit quelques heures avant l’arrestation de Betty Lachgar, le mouvement féministe, qui lutte notamment en faveur du droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) pour toutes les femmes, a exprimé sa “consternation” face à la décision du ministère de la Santé de suspendre l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’Artotec, un médicament contre les rhumatismes contenant une molécule susceptible de provoquer un avortement et donc utilisé par certaines femmes pour avorter.

“Nous, militantes et militants de M.A.L.I. sommes consterné-e-s par cette décision qui met la vie de milliers de femmes en danger”, avait écrit le mouvement féministe rappelant que, depuis 2012, et en collaboration avec l’ONG néerlandaise Women OnWaves, il livre gratuitement conseils, soutien et accompagnement aux femmes désireuses de pratiquer une IVG médicamenteuse et fournit, gratuitement également, et lorsque cela s’avère nécessaire, une boîte d’Artotec.