MAROC
08/03/2019 12h:54 CET

Arrestation de 10 personnes soupçonnées de trafic de documents officiels falsifiés

Des passeports marocains étaient falsifiés contre des sommes allant de 5.000 à 7.000$.

MAP

SÉCURITÉ - Les éléments de la brigade nationale de la police judiciaire ont procédé à l’arrestation de 10 personnes soupçonnées d’appartenir à un réseau criminel de falsification de documents officiels dans le but d’obtenir la nationalité marocaine et les pièces de l’identité nationale. Un coup de filet réalisé les 5 et 6 mars, sur la base d’informations fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), rapporte la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), dans un communiqué relayé par la MAP.

Parmi les prévenus appréhendés dans cette affaire, à ce stade de l’enquête, figurent un ressortissant marocain de confession juive (présenté comme le leader du réseau), trois fonctionnaires de police, un auxiliaire d’autorité, un fonctionnaire d’une annexe administrative, une responsable commerciale dans une agence de voyage ainsi que trois complices suspectés d’avoir participé à la facilitation de documents, précise la même source.

Le mode opératoire suivi par ce réseau criminel consiste à falsifier les actes de naissance au profit de citoyens de nationalité israélienne n’ayant pas d’origines marocaines, pour obtenir des attestations falsifiées de non enregistrement à l’Etat civil, dans le but de les inclure dans des dossiers de procès judiciaires pour réclamer l’autorisation d’enregistrement dans l’état civil, et par la suite obtenir des actes de naissance avec des identités de Marocains de confession juive, détaille la même source.

Le principal suspect de ce réseau criminel aurait comme objectif de permettre aux bénéficiaires d’obtenir à des fins illégales des passeports marocains, en contrepartie de sommes d’argent allant de 5.000 à 7.000 dollars américains.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue sur fond de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, conclut le communiqué.