ALGÉRIE
01/05/2018 09h:29 CET

Archives audiovisuelles: 35.000 boites stockées dans les sous-sols du siège de la wilaya d'Alger

DR

Un fond de 35.000 boites d’archives audiovisuelles, remontant à plusieurs étapes de l’histoire de l’Algérie, se trouve actuellement dans les sous-sols du siège de la wilaya d’Alger, a indiqué lundi à Alger, M. Eric Dubois, expert auprès de l’Institut national de l’audiovisuel de France (INA).

“Les deux sous-sols de la wilaya d’Alger renferment en leur sein un énorme fond audiovisuel nécessitant une prise en charge pour sa restauration et sa sauvegarde”, a indiqué, M. Dubois, lors de la tenue de l’atelier de réflexion sur la mutualisation des moyens intersectoriels pour la préservation des archives filmées. 

Dubois, qui a été chargé de l’opération d’évaluation et d’identification du fond d’archives audiovisuelles de la wilaya d’Alger, a affirmé que les deux sous-sols de cette enceinte contiennent près de 35.000 boites renfermant des archives audiovisuelles à l’instar des films (longs métrages et courts métrages) du cinéma algérien, français , russe, égyptien et tchèque.

Qualifiant son travail au niveau des sous-sols de la wilaya de “véritables fouilles archéologiques”, cet expert de l’INA a expliqué qu’actuellement son équipe tente d’“identifier les boites d’archives en bon état afin de les envoyer vers des équipes techniques au niveau de la bibliothèque nationale d’Alger pour un second examen plus approfondi et plus minutieux en vue de les restaurer et de les numériser plus tard”.

M.Dubois a assuré, en outre, que” 300 films ont été récupérés et sauvegardés à l’instar du court métrage algérien + L’enfer à 10 ans+ ».

Le ministre de la culture, M. Azzedine Mihoubi, a annoncé, pour sa part , la mise en place prochaine à Tipaza d’un centre de conservation des archives audiovisuelles répondant aux normes internationales.

“Un centre de conservation des archives audiovisuelles sera mis sur pied prochainement au niveau de l’enceinte même du centre arabe d’archéologie de Tipaza afin de sauvegarder ce patrimoine audiovisuel”, a-t-il indiqué, en marge de la tenue de cet atelier, ajoutant  que “la priorité sera donnée  pour la formation de cadres techniques chargés de la gestion d’un tel centre”.

M.Ahmed Bedjaoui, universitaire et spécialiste du cinéma, a plaidé, de son côté, pour donner la priorité à l’établissement d’un programme national de restauration afin de sauvegarder le patrimoine cinématographique algérien.

Un hommage a été rendu, lors de la tenue de l’atelier, à un amoureux du cinéma algérien, feu Lyés Méziani, qui a réussi à réunir et archiver un nombre considérable de films algériens, transformant ainsi sa maison en une “véritable cinémathèque”.