MAROC
07/01/2019 14h:24 CET

Arabie saoudite: Les femmes seront notifiées de leur divorce par sms

Une réforme pour freiner les conjoints qui mettent fin secrètement à leur mariage.

Mike McKelvie via Getty Images

INTERNATIONAL - En 2019, il est possible de divorcer par SMS en Arabie saoudite. Les femmes seront ainsi désormais immédiatement informées par SMS lorsque leur mari demandera le divorce au tribunal, selon une nouvelle loi annoncée ce dimanche 6 janvier par le gouvernement saoudien, afin de protéger les droits des femmes dont le divorce est prononcé à leur insu. 

“Les tribunaux saoudiens ont commencé à envoyer ces notifications (de divorce)... Une mesure visant à protéger les droits des clientes”, a ainsi précisé le ministère de la Justice saoudien dans un communiqué publié sur son site internet. Entrée en vigueur hier, cette décision est une première au royaume wahhabite. En effet, le gouvernement saoudien a voté cette loi pour mettre considérablement fin aux divorces secrets et veiller à ce que les femmes soient pleinement informées de leur statut matrimonial afin de préserver certains droits tel qu’une pension alimentaire. 

Ces dernières pourront notamment vérifier leur état civil sur le site internet du ministère grâce à un numéro de suivi fourni dans le texto et se rendre au tribunal compétent pour obtenir une copie de l’acte de divorce. “Dans la plupart des pays arabes, les hommes peuvent divorcer avec leur femme sans les informer”, déclare Suad Abu-Dayyeh, du groupe mondial de défense des droits Equality Now, à l’agence Reuters. “Dorénavant, les femmes sauront si elles sont divorcées ou non. C’est un petit pas, mais c’est un pas dans la bonne direction” poursuit-elle. Mais pour cette militante des droits des femmes, cette avancée ne signifie pas qu’une femme obtiendra automatiquement une pension ou la garde de ses enfants.

Suite à une succession de réformes voulues par le prince héritier Mohamed Ben Salman, les femmes obtiennent, au compte-goutte, des droits jusque-là réservés seulement aux hommes. Si elles sont, depuis peu, autorisées à conduire, voter aux élections locales, assister à des matchs dans des stades, ou encore exercer certaines professions jusque-là prohibées, les Saoudiennes sont de plus en plus actives sur les réseaux sociaux pour réclamer davantage de libertés et moins de tutelle des hommes pour voyager, travailler, se marier ou même se faire soigner.