ALGÉRIE
01/03/2016 08h:02 CET | Actualisé 01/03/2016 08h:02 CET

Arabie: 5 nouvelles exécutions dans des affaires criminelles

YASSER AL-ZAYYAT/AFP

Trois Saoudiens, un Qatari et un Jordanien, condamnés à mort dans des affaires criminelles, ont été décapités au sabre mardi, ce qui porte à 69 le nombre des exécutions en Arabie saoudite depuis le début de l'année.

A Tabouk (nord), deux Saoudiens, Slimane et Ahmed Messaoudi, ont été exécutés après avoir été condamnés à la peine capitale pour trafic d'amphétamines, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Un troisième Saoudien, Kassadi Atoudi, a été décapité dans la région méridionale de Jazane où il avait été condamné à mort pour le meurtre d'un proche, selon la même source.

Le Qatari, Mohamed Jarboui, a été exécuté dans la région d'Al-Ahsa (est), où il avait été condamné à mort pour le meurtre d'un Saoudien.

Abdallah Tayaha, un Jordanien condamné pour trafic d'amphétamines, a été exécuté dans la région de Jawf, située dans l'extrême nord-ouest saoudien, selon le ministère saoudien de l'Intérieur.

Le 2 janvier, 47 personnes ont été mises à mort pour terrorisme dans le royaume, notamment le dignitaire et opposant chiite saoudien Nimr al-Nimr, dont l'exécution a provoqué une crise diplomatique entre Ryad et Téhéran.

En 2015, 153 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres officiels, un niveau inégalé depuis 20 ans dans ce royaume ultraconservateur régi par une interprétation rigoriste de la loi islamique.

Les autorités invoquent la dissuasion pour justifier la peine de mort dans des affaires de terrorisme, de meurtre, de viol, de vol à main armée et de trafic de drogue.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.