MAROC
21/10/2018 11h:44 CET

Après une fermeture de quatre jours, Israël rouvre l'entrée de Gaza

La fermeture avait été ordonnée suite à un tir de roquette palestinien.

Des Palestiniens de la bande de Gaza s'apprêtent à passer la frontière avec l'Egypte, à Rafah, le 26 septembre 2018|SAID KHATIB

INTERNATIONAL - Les personnes et les marchandises peuvent à nouveau circuler entre Israël et Gaza. Les postes frontières de la ville palestinienne ont rouvert ce dimanche, après une fermeture de quatre jours.

La livraison quotidienne de carburant pour la centrale électrique de Gaza,  assurée par un accord supervisé par l’ONU, avait également été suspendue depuis mercredi, par Israël.

Cette décision avait été ordonnée, mercredi, par le ministère israélien de la Défense, Avigdor Liberman, suite à un tir de roquette palestinien vu par le Hamas comme une “tentative irresponsable” pour ébranler la médiation égyptienne en vue d’une trêve de longue durée.

De leur côté, les militaires israéliens avaient répondu à l’attaque en lançant une série de raids aériens sur 20 cibles dans la bande de Gaza, notamment sur un tunnel d’attaque transfrontalier, rapporte l’armée israélienne dans un communiqué.

 

Les dégâts provoqués par un raid aérien israélien, le 17 octobre 2018 à Rafah, dans la bande de Gaza|MAHMUD HAMS
Les dégâts provoqués par un raid aérien israélien, le 17 octobre 2018 à Rafah, dans la bande de Gaza.

La fermeture a pris fin lorsque les violences se sont atténuées au niveau de la frontières avec Israël. L’autre point de passage avec l’Egypte n’est quant à lui ouvert que par intervalles.

“Contrairement aux semaines passées, la majorité des émeutiers est restée à distance et n’a pas tenté d’atteindre la clôture. Le Hamas a agi en faveur de la retenue sur le terrain”, explique l’armée israélienne dans le communiqué.

Reuters
Un Palestinien handicapé se prépare pour lancer des pierres sur les soldats israéliens, le 21 octobre 2018 à Gaza.

Les manifestations des Palestiniens sont de plus en plus fréquentes le long de la frontière entre Gaza et Israël. Pneus brûlés, cerf-volants incendiaires, mais aussi fusillades et bombardements, les Palestiniens usent de différents moyens pour protester contre le blocus de la bande de Gaza. 

Depuis le 30 mars, plus de 200 manifestants palestiniens ont été tués et des milliers ont été blessés alors qu’un soldat a été tué par un tireur palestinien.