TUNISIE
28/10/2019 12h:56 CET

Après un entretien d'embauche, voici les raisons à l'absence de réponse

Combien de temps avant d'avoir une réponse après votre entretien d'embauche ? Cette question n'a pas de réponse parfaite. Et surtout : ne prenez pas un silence radio personnellement.

TRAVAIL - Les aspects les plus frustrants de la recherche d’emploi sont souvent liés à des facteurs sur lesquels nous n’avons aucun contrôle. En effet, on peut très bien parvenir à contourner les systèmes d’étude automatique de CV et bien répondre aux questions pièges des recruteurs sans toutefois recevoir de leurs nouvelles par la suite.

Plus ce silence dure et plus on a de temps pour se faire des films. Sont-ils en train de tout faire pour accepter nos prétentions salariales ou ont-ils complètement oublié notre existence?

Manop Phimsit / EyeEm via Getty Images
Si vous n’avez pas de nouvelles d’un recruteur suite à un entretien d’embauche, ce silence est peut-être dû à des décisions administratives qui n’ont rien à voir avec vous.

Le fait d’énumérer ces problèmes potentiels peut vous apporter un peu de réconfort sur ce qui est peut-être en train de se passer. Ci-dessous, des experts en ressources humaines recensent les raisons les plus courantes qui expliquent ce silence radio.

1. Les entretiens sont toujours en cours

Avant de vous affoler et d’imaginer les raisons pour lesquelles le recruteur vous a détesté-e, déterminez la durée de temps qui vous sépare de votre dernier échange. Si cela fait une ou plusieurs semaines, ne jetez pas l’éponge. Les processus de recrutement varient selon les entreprises et peuvent parfois s’étaler sur des mois entiers. Glassdoor, un site d’évaluation de recrutement, a déterminé qu’aux États-Unis le processus standard prenait 23,8 jours. Cette étude réalisée en 2017 se basait sur 83 000 retours liés à des entretiens passés par leurs internautes. Glassdoor a également établi un classement des domaines d’activités présentant les temps de recrutement les plus longs outre-Atlantique: les emplois gouvernementaux (53,8 jours) sont en première position, suivis des métiers de l’aérospatial et de la défense (32,6 jours), puis des postes liés au secteur de l’énergie et aux services publics (28,8 jours).

Comme l’indique Josh Doody, coach en négociation de salaire et ex-recruteur, le processus de recrutement a pris des mois pour certains de ses clients. “Les cycles peuvent s’avérer relativement longs, notamment en ce moment car le marché du travail connaît une période de grand dynamisme,” explique-t-il. “Il est très important d’être patient et de ne pas succomber à la frustration.”

2. C’est une histoire de paperasse

Il arrive que les réponses qui se font attendre n’aient rien à voir avec la qualité de la candidature reçue. Si la raison qui explique un retard au niveau de l’embauche échappe parfois totalement au candidat, il faut toutefois savoir qu’en coulisses se jouent peut-être diverses décisions. Il peut s’agir d’un gel des embauches, de coupes budgétaires ou d’une réorganisation de l’entreprise… Autant d’événements susceptibles de retarder le recrutement initialement prévu.

“Parfois, on annonce juste: ‘gel des embauches, problèmes de budget, on ne peut pas vous embaucher.’ D’autres fois, ce n’est pas possible,” ajoute-t-il. “Certaines entreprises ne sont pas à l’aise avec le fait de donner ce type d’informations car cela pourrait donner une image peu rassurante de leur vitalité. Cela peut expliquer un silence radio.”

3. On vous ignore, tout simplement

fizkes via Getty Images
Soyez professionnel malgré le manque de professionnalisme que vous témoigne l’entreprise pour laquelle vous avez postulé.

Malheureusement, l’absence de nouvelles est parfois bien le signe que votre candidature n’a pas été retenue.

Il arrive que les candidats ayant passé un premier entretien par téléphone ne reçoivent pas de réponse. “Il arrive que les entreprises ne rappellent pas tout le monde. Certaines ne peuvent pas se le permettre car elles n’ont ni le temps ni assez d’employés pour s’en occuper”, souligne Phyllis Hartman, fondatrice du cabinet de conseil en ressources humaines PGHR Consulting.

Si, toutefois, vous avez directement échangé avec un recruteur et qu’il a été convenu d’un entretien en face à face, celui-ci devrait avoir la courtoisie de vous dire si vous été retenu ou non. “Quand on a consacré du temps à candidater et à passer un entretien, on est en droit d’attendre quelques informations”, indique-t-elle.

Parfois, les recruteurs ne donnent tout bonnement plus jamais de nouvelles. Il existe de multiples cas de figures où les candidats ressentent de la déception vis-à-vis du processus de recrutement. Selon une étude CareerBuilder menée en 2017 auprès de 4 500 employés, plus de la moitié des candidats n’ont pas des attentes réalistes sur les interactions relatives à l’embauche.

Josh Doody n’est pas très friand du ghosting (le fait d’ignorer complètement quelqu’un après lui avoir témoigné de l’intérêt, NdT). “Malheureusement, c’est parfois au candidat d’endosser ce rôle proactif car l’entreprise chez laquelle il a candidaté ne s’inscrit pas dans cette dynamique,” analyse-t-il.

Soyez professionnel malgré le manque de professionnalisme que vous témoigne l’entreprise pour laquelle vous avez postulé. Adressez-lui des courriels polis pour réitérer votre intérêt pour le poste, à des intervalles adéquats. Doody recommande d’envoyer un courriel juste après l’entretien, suivi d’une relance une fois par semaine ou toutes les deux semaines.

Si vous faites face à un silence radio, voyez si vous pouvez contacter quelqu’un d’autre. “Essayez de relancer une dernière fois, peut-être en contactant une autre personne de la même entreprise, au cas où votre contact n’est pas au bureau ou qu’il ne peut vous répondre pour une raison ou pour une autre”, conseille Brie Reynolds, spécialiste en ressources humaines et coach pour FlexJobs, moteur de recherche d’emplois.

Si toutefois vous avez réitéré votre intérêt pour le poste et n’avez reçu aucune réponse, il est peut-être temps de passer à autre chose. Si vous n’avez pas eu de nouvelles sous quatre à six semaines (et si votre candidature ne tombe pas à une période très chargée ou bien compliquée, comme les vacances d’été), cette absence de réponse est sans doute le signe qu’il faut laisser tomber. “L’explication la plus probable dans ce cas de figure, c’est que les recruteurs ont décidé de s’orienter vers un autre profil et ne comptent pas vous en informer de manière formelle”, reprend Josh Doody.

Au lieu de vous inquiéter, continuez à postuler ailleurs.

Ne vous inventez pas tous un tas de raisons sur les motivations du recruteur à ne pas vous recontacter. Concentrez-vous plutôt sur ce que vous pouvez changer.

“Je conseille toujours aux candidats de se concentrer sur les choses sur lesquelles ils ont la main: bien réussir un entretien, se renseigner sur la période de décision liée à l’embauche, envoyer des remerciements personnalisés à chaque personne présente lors de l’entretien et effectuer des relances en cas d’absence de réponse après une semaine environ”, confie Reynolds. “De cette façon, vous savez que vous avez fait tout ce qui était en votre pouvoir pour être un-e excellent-e candidat-e.”

Entretemps, continuez à postuler et passer des entretiens ailleurs pour rester dans une bonne dynamique. “Je conseille de continuer à tenter sa chance jusqu’à se voir offrir une proposition d’embauche”, ajoute Josh Doody.

“Il est impossible de savoir précisément ce qui se passe. Mieux vaut, donc, ne pas jeter l’éponge, sans toutefois attendre une réponse pendant des lustres”, conseille Phyllis Hartman. “À la place du candidat, je poursuivrais mes recherches car il n’a aucun engagement vis-à-vis de l’entreprise chez laquelle il postule.”

Cet article, publié sur le HuffPost américain, a été traduit par Laura Pertuy pour Fast ForWord.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.