MAROC
12/09/2019 17h:57 CET

Après Taroudant, Errachidia, Imlil... Le gouvernement se mobilise pour couvrir les conséquences des catastrophes naturelles

Plusieurs départements ministériels mènent des études sur les structures se trouvant près des lits de rivières asséchées pour éviter d'autres drames.

MAP
Saâd Dine El Otmani

SOCIÉTÉ - Le Chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani, a souligné ce jeudi, à l’ouverture du Conseil du gouvernement à Rabat, que le gouvernement s’attelle à la mise en œuvre d’un système de couverture des conséquences des événements catastrophiques.

Faisant face à de violentes averses orageuses depuis quelques semaines, plusieurs régions du royaume ont subi de grave dommages notamment Errachidia et Taroudant où plus de 30 personnes ont perdu la vie emportées par les inondations, ainsi qu’à Chefchaouen, dans le nord du pays, où 470 hectares de forêt ont été ravagés par les incendies.

Dans ce cadre, El Otmani a mis l’accent sur la nécessité de traiter, avec “sérieux et responsabilité”, les bulletins spéciaux publiés par la Direction de la météorologie nationale (DMN), en relation avec les changements climatiques et les phénomènes inquiétants que connaît le Maroc, à l’instar de ceux qui surviennent dans d’autres pays du monde.

“La DMN publie des bulletins spéciaux d’alerte, parfois plusieurs par jour, qui doivent être pris au sérieux et non à la légère, en tenant compte du fait que les dangers relatifs aux changements climatiques ont tendance à augmenter et que notre pays a connu dernièrement plusieurs inondations”, a relevé le Chef du gouvernement.

En cas d’alerte par la DMN, “nous sommes tous tenus de traiter cette alerte avec le sérieux nécessaire, de prendre les précautions qui s’imposent et d’éviter de prendre des risques”, a-t-il déclaré appelant, en particulier, les conducteurs à faire preuve de prudence et à ne pas s’aventurer face à cette situation, car “chaque conducteur est responsable de la préservation des vies des passagers et de leurs intérêts”.

- via Getty Images
A helicopter flies over the Damchan river near the city of Errachidia, in the El Khank region in southern Morocco, as Members of the security forces search for bodies following a flood-related bus accident that left at least six people dead, on September 8, 2019. (Photo by - / AFP) (Photo credit should read -/AFP/Getty Images)

Le chef du gouvernement a également souligné qu’en plus de la loi relative à la création d’un système de couverture des conséquences des événements catastrophiques, promulguée en 2016, le gouvernement a adopté plusieurs décrets d’application dont deux programmés pour le Conseil de ce jeudi 12 septembre, avant la tenue, dans les prochains jours, du premier Conseil d’administration du Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques, créé dans le cadre de ce système intégré.

Le Chef du gouvernement a fait état de la mobilisation de toutes les autorités concernées: autorités provinciales, collectivités territoriales, sûreté nationale, gendarmerie royale, Forces armées royales, forces auxiliaires et protection civile, ainsi que les autres départements, en particulier l’équipement et la santé, et les autres secteurs concernés, selon les régions et les événements, rappelant qu’en exécution aux hautes instructions royales, le ministre de l’Intérieur et le ministre des Transports et de l’Équipement se sont rendus à Errachidia, qui a été touchée par les récentes inondations.

Il a fait savoir que cette visite sera suivie d’autres, afin de trouver des moyens de remédier aux conséquences de ces événements tragiques, et d’éviter que ce genre d’incidents ne se reproduisent dans le futur.

D’autre part, le chef du gouvernement a noté que plusieurs départements ministériels mènent des études sur les structures qui relèvent de leurs compétences et celles se trouvant près des lits de rivières asséchées depuis des années, parfois depuis plusieurs décennies, mais qui constituent une source de risque, et ce dans la perspective de mettre en place un plan de transfert de ces structures vers d’autres lieux, comme les écoles construites depuis 30 ou 40 ans dans des endroits qui sont exposés aux risques.

Dans la même lignée, El Othmani a souligné, qu’il est du devoir du gouvernement de traiter cette situation et d’élaborer un plan de prévention pour éviter d’autres incidents dans le futur, saluant par la même occasion les efforts déployés par tous les services concernés et les intervenants.